Schöfflisdorf

Comm. ZH, distr. de Dielsdorf, dans le Wehntal, sur le versant sud de l'Egg. 1285 Schephelstorf. 9 feux en 1467, 168 hab. en 1634, 581 en 1756, 446 en 1850, 318 en 1900, 369 en 1950, 494 en 1970, 1133 en 2000. Trente et un tumulus à incinération du Néolithique furent trouvés lors de fouilles sur le plateau de l'Egg entre 1846 et 1910. Au Moyen Age et à l'époque moderne, S. fit partie de la seigneurie, puis bailliage de Regensberg et partagea sa destinée. On ignore l'étendue des droits sur S. vendus en 1310 au chapitre cathédral de Constance par les barons de Regensberg. Jusqu'en 1710, S. releva de la paroisse de Niederweningen. En 1706, la commune édifia une église à l'emplacement de la chapelle filiale Sainte-Marguerite (mentionnée en 1370). Les revenus autres qu'agricoles correspondaient à la moyenne observée dans l'Unterland zurichois: dans la seconde moitié du XVIIIe s., vingt et un des quarante-six ménages de S. vivaient d'une activité artisanale, qu'elle fût principale ou accessoire. L'industrie textile à domicile ne joua en revanche qu'un rôle marginal. En 1764, 35% du territoire communal était utilisé pour les champs, 18% pour la production herbagère et environ 45% étaient recouverts de forêts. Plusieurs exploitations pratiquaient l'élevage de bétail pour la boucherie et de chevaux. Rattaché au district de Bülach (1798-1814), S. fut le siège d'un cercle électoral et judiciaire (1803-1814 et 1831-1874). De 1854 à 1913, la commune fut le siège d'une banque locale, la Caisse de crédit du cercle de S. Seules une fabrique d'ouate (1870), une de machines (Dünki, 1935) et une de fenêtres (Mülli, 1958) s'installèrent dans la commune. Une diligence relia Niederweningen à Zurich dès 1842, puis uniquement à Dielsdorf dès 1865, une liaison ferroviaire existant désormais de Dielsdorf à Zurich. Ce tronçon fut prolongé en 1891 par le chemin de fer du Wehntal (station S.-Oberweningen). En 1918, des internés construisirent des installations de drainage dans le fond de la vallée. Des améliorations foncières (1956) et le plan de zones (1968) permirent la construction de quartiers de villas. L'arrivée du réseau urbain zurichois (S-Bahn) en 1990 entraîna l'essor de la construction. Depuis 2000, S. fait partie de l'agglomération de Zurich.


Bibliographie
– H. Hedinger, Ortsgeschichte von Schöfflisdorf, 1965
– M. Hufschmid, «Jungsteinzeitliches Gräberfeld von Schöfflisdorf», in Jahrheft des Zürcher Unterländer Museumsvereins, 27, 1992-1993, 4-27

Auteur(e): Martin Illi / MBA