12/06/2002 | communication | PDF | imprimer

Agglomération

L'agglomération urbaine est une Région formée par un groupe de communes qui entretiennent des relations intenses, sur le plan économique notamment, avec la Ville représentant le centre régional. Leur interdépendance est caractérisée par les navettes quotidiennes de travailleurs entre couronne et ville-centre. C'est vers la fin du XIXe s., avec les progrès de l'Urbanisation et le développement des premiers moyens de transports publics urbains que l'agglomération fit son apparition. Dans la statistique suisse, le terme apparut en 1880, mais ne souleva guère d'écho. Il fallut la diffusion de l'automobile dans les premières décennies de ce siècle et les nouvelles orientations en matière d'Urbanisme, d'Aménagement du territoire et de politique de l'habitat (séparation spatiale des fonctions, par exemple quartiers résidentiels et zones industrielles) pour faire démarrer le débat scientifique sur le sujet. En 1930, pour la première fois, l'agglomération était définie d'une façon systématique sur la base d'un accord passé entre l'Office fédéral de la statistique et les villes les plus importantes: continuité du bâti entre couronne et centre, secteur primaire ne devant pas dépasser 20% dans la couronne, un tiers de navetteurs au moins dans la population active de l'agglomération. Une autre solution aux relations centre-couronne fut la réunion des petites communes périphériques au noyau, pratiquée par exemple à Zurich en 1893 et 1934, à Winterthour en 1922, à Genève en 1931; elle fut cependant peu appliquée (fusion de Communes).

La croissance des agglomérations dans l'après-guerre est liée à l'expansion du trafic privé. Dès les années 1970, le phénomène a aussi été influencé par le développement des transports publics, par la transformation de la structure de l'emploi, avec l'augmentation très forte du secteur tertiaire et la suburbanisation aussi bien du tertiaire que du secondaire. Pour tenir compte de ces nouveaux développements, la définition fut fondamentalement révisée en 1980; elle insiste désormais sur le caractère fonctionnel de l'agglomération, à savoir les relations entre communes d'agglomération et zones centrales, celle-ci pouvant être constituée par une ou deux villes.

Au cours des dernières décennies, des agglomérations se sont créées qui débordent les frontières nationales, par exemple celles de Bâle, de Genève, de Côme-Chiasso-Mendrisio. De plus, sur le Plateau -- d'Olten à Winterthour --, le long du lac Léman et au Tessin, les agglomérations sont maintenant contiguës et forment de grandes régions urbaines multipolaires, entraînant d'importants flux de navetteurs. C'est la raison pour laquelle, depuis peu en Suisse, on discute de concepts tels que région urbaine ou région métropolitaine, concepts qui devraient, mieux que celui de la région monopolaire qu'est l'agglomération, illustrer l'évolution la plus récente du processus d'urbanisation. Après le recensement de 1990, on a ainsi introduit les notions d'agglomérations transnationales, de zones centrales avec pôles spatialement séparés, d'aires métropolitaines englobant plusieurs agglomérations. La croissance des agglomérations pose le problème de la coopération entre communes de la couronne et ville-centre dans tous les domaines de la politique locale qui ont trait aux finances ou à l'utilisation du sol, par exemple infrastructure des transports, élimination des déchets, péréquation financière. Dans la littérature économique, on traite de ces problèmes sous le terme de spillovers ou d'"externalités" géographiques. La suburbanisation de la population et des emplois accroissent ces difficultés. A l'échelle régionale et cantonale on demande fréquemment que de nouvelles institutions soient créées pour permettre la coopération intercommunale. De l'avis des experts, les difficultés ne résultent pas du manque d'institutions ou de solutions contractuelles, mais du fait que la volonté de coopérer fait souvent défaut auprès des pouvoirs politiques locaux. Le canton de Fribourg a fait œuvre de pionnier en promulgant en 1996 une loi réglant la création des agglomérations. Si le nombre de celles-ci a triplé en Suisse entre 1930 et 1990 (16 et 48), le nombre moyen des communes que chacune englobe a presque quadruplé (4,6 et 16,5). Moins d'un habitant sur trois y vivait en 1930, plus de deux sur trois en 1990.


Bibliographie
– I.D. Löwinger, Stadt und Land in der Statistik, 1970
La vie économique, 1972, no 4, 211-220
– A. Rossi, La décentralisation urbaine en Suisse, 1983
– M. Schuler, Délimitation des agglomérations en Suisse 1980, 1984
Villes et agglomérations, 1985
– D. Arn, U. Friederich, Gemeindeverbindungen in der Agglomeration, 1994
– M. Schuler, Les niveaux géographiques de la Suisse, 1994 (textes franç. et all.; 21997)

Auteur(e): Angelo Rossi