28/09/2016 | communication | PDF | imprimer | 

Schwanden (GL)

L'édition imprimée de cet article comporte des images. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Ancienne commune GL, ayant fusionné en 2011 avec Betschwanden, Braunwald, Elm, Engi, Haslen, Linthal, Luchsingen, Matt, Mitlödi, Rüti, Schwändi et Sool pour former la commune de Glaris Sud. Village-rue au confluent du Sernf et de la Linth, le long des routes pour Elm, Linthal et Schwändi, centre du Hinterland glaronais. 1240 de swando. Le hameau de Thon, à l'ouest du village, formait jusqu'en 1876 une communauté villageoise autonome. Au sud de S., dans le massif du Kärpf, fut créée en 1548 la plus ancienne réserve de chasse de Suisse. 450 hab. en 1574, 1148 en 1763, 2296 en 1850, 2396 en 1900, 2920 en 1950, 3020 en 1960, 2601 en 2000.

De rares vestiges datent des époques celtique et romaine. Les toponymes sont pour la plupart d'origine alamane. La plus ancienne maison conservée, le Turehuus à Thon, est contemporaine du château fort de Benzigen, construit au XIIIe s. sur une moraine au nord de S., mais abandonné au bout de quelques décennies déjà. S. formait un Tagwen dépendant de l'abbaye de Säckingen. Relevant de la paroisse de Glaris, les gens de S. construisirent en 1349 une église, d'abord filiale de Glaris, qui connut une utilisation paritaire dès 1528, jusqu'à l'abolition de la messe en 1558. Au lieudit Landsgemeindehoschet, une statue sur un fût de fontaine, représentant un personnage levant la main pour prêter serment, rappelle l'emplacement où se réunissait généralement la landsgemeinde ordinaire de 1448 à 1623, puis de 1623 à 1837 la landsgemeinde protestante (une semaine avant la landsgemeinde commune à Glaris). Considérablement agrandie en 1753 par les frères Grubenmann, l'église sert aujourd'hui encore au culte réformé pour les habitants de S. et des quatre anciennes communes voisines de Sool, Schwändi, Haslen et Nidfurn. La tour des Poudres, édifiée probablement en 1757 pour la partie protestante du canton, témoigne de la résurgence périodique des tensions confessionnelles. L'église catholique fut consacrée en 1895, puis reconstruite en 1973. Elle sert de paroissiale aux catholiques de neuf anciennes communes.

Durant tout le Moyen Age et jusqu'au XVIIIe s., l'élevage du petit bétail tint une place notable. Aux XVIe et XVIIe s., l'estivage de gros bétail fut de plus en plus pratiqué, mais les avis divergent quant à son importance pour la majorité de la population. Au XVIIIe s., l'engraissement fit place peu à peu à la production laitière et fromagère. Des mines de fer ouvertes en 1525 au Guppen furent exploitées durant une trentaine d'années. Au XVIIe s., les principales activités étaient le tissage de draps mi-laine (Mätzen), l'ardoiserie (fabrication de tables et d'écritoires), ainsi que le commerce d'articles de bonneterie en laine. Une teinturerie s'établit en 1680. Peter Blumer introduisit en 1740 le tissage de coton à domicile. La création, dans les années 1820, d'une filature (devenue ensuite Textil AG, qui exista jusqu'en 1989), de l'imprimerie sur textiles Blumer (jusqu'en 1980) et d'une garancerie marqua les débuts de l'industrialisation. La brasserie Adler existe toujours. La maison de commune et plusieurs villas d'industriels témoignent de la richesse des fabriques textiles au XIXe s.

Plusieurs institutions communales virent le jour dans les années 1830, notamment l'école secondaire en 1830 et une caisse d'épargne en 1834. Des collèges furent construits en 1838 et 1896. A la fin de 1839, 200 habitants fondèrent une boulangerie par actions. Une fondation de prévoyance fut créée en 1853 pour les ouvriers et employés de l'imprimerie sur textiles. La première Société des ouvriers de fabrique du canton fut fondée en 1863 à S., afin de faciliter l'adoption de la loi cantonale sur les fabriques (1864). La localité fut raccordée aux Chemins de fer du Nord-Est en 1879. Trois grands chantiers publics marquèrent la fin du XIXe s.: la correction de la Guppenruns (1891-1904), l'établissement d'un réseau d'eau courante (1893) et la construction de la centrale hydro-électrique du Niederenbach (1897). Cette dernière fut étroitement associée, dès leur fondation en 1929, aux Forces motrices Sernf-Niederenbach SA, qui dans les années 1930 firent construire le barrage de Garichte. La société anonyme Therma (appareils électroménagers) remonte à 1907. Diverses fabriques (matériaux synthétiques, produits métalliques et constructions en acier) se sont établies à la fin du XXe s. dans le quartier industriel de Tschachen. Il existe encore, en d'autres endroits, une imprimerie et nombre de petites entreprises. En 2005, le secteur secondaire fournissait 65% des emplois et le tertiaire 32%. A Thon, l'ancien tissu bâti est en bonne partie conservé. S. abrite plusieurs infrastructures d'importance régionale (EMS, école secondaire, piscine au bord de la Linth et autres équipements sportifs). La commune devait entretenir de vastes surfaces forestières en montagne.


Bibliographie
– E. Schmid, Beiträge zur Geschichte der Gemeinde Schwanden mit Berücksichtigung der Nachbargemeinden, 1936
– [F. Kamm et al.], Schwanden im Glarnerland, [1991]

Auteur(e): Karin Marti-Weissenbach / LA