Regensberg (seigneurie)

Seigneurie médiévale dont le centre se situait entre le Rhin et la Limmat et qui donna naissance au XVe s. aux deux bailliages zurichois de R. (Landvogtei) et Regensdorf (Obervogtei, jusqu'en 1798), bailliage (Oberamt, 1815) et district (1831) du canton de Zurich, rebaptisé district de Dielsdorf en 1871.

Le château fort des barons de R., sur le Katzensee (comm. Regensdorf), remonte à la seconde moitié du XIe s. Le domaine seigneurial était constitué d'alleux et de fiefs; il comprenait des terres et des droits (haute et basse justices, avoueries, patronages, dîmes) localisés surtout dans le Furttal, le Wehntal, le Bachsertal et le haut du Surbtal, mais aussi de vastes possessions au nord du Rhin et quelques droits isolés au sud de la Limmat. Des ministériaux résidaient notamment au château fort de Mandach (comm. Regensberg), à Buchs, Steinmaur, Sünikon, Weiningen, ainsi qu'à Lienheim et Jestetten sur le Rhin. Vers 1250, les barons fondèrent la ville de R. et y érigèrent le château de Neu-R. A la même époque apparurent la petite ville de Kaiserstuhl et celle, éphémère, de Glanzenberg, qui contrôlaient des points de passage du Rhin et de la Limmat. Les frères Lütold VII et Ulrich Ier divisèrent vers 1255 la seigneurie en Alt-R. et Neu-R. Une querelle avec les comtes de Habsbourg, alliés à Zurich (guerre privée des R., 1267-1268) et des difficultés économiques entraînèrent dès 1280 de nombreuses cessions qui finirent par amenuiser la seigneurie jusqu'à ce qu'elle ne recouvrît plus que la superficie des deux bailliages ultérieurs.

La branche de Neu-R., éteinte en 1331, avait vendu sa seigneurie au début du XIVe s. aux Habsbourg-Autriche. Ceux-ci en firent le bailliage de R., qu'ils remirent en gage à des ministériaux, puis en 1409 à la ville de Zurich. Il comprenait les communes de Bachs, Boppelsen, Buchs, Dielsdorf, Niedersteinmaur, Obersteinmaur, Oberweningen, Otelfingen, Schleinikon et Schöfflisdorf, ainsi que la haute juridiction sur les seigneuries de Niederweningen (relevant de Constance) et de Sünikon (achetée en 1705). Un coutumier fut rédigé en 1538.

La branche d'Alt-R. disparut en 1302. Son domaine passa (pour des raisons inconnues) aux seigneurs de Baldegg zu Elgg et revint, avant 1354, avec la seigneurie d'Elgg, à Hermann IV de Landenberg-Greifensee. Les propriétaires suivants furent en 1451/1452, par mariage, le patricien zurichois Johannes Schwend le Long (décès1488) et en 1458, par achat, Rudolf Mötteli vom Rappenstein. Celui-ci céda en 1468 la seigneurie à Zurich qui la fit administrer dès lors (par un bailli résidant en ville), sous le nom de bailliage de Regensdorf, avec un coutumier qui avait déjà été établi en 1426 du temps des Landenberg. Le bailliage incluait les communes d'Oberaffoltern, Regensdorf (avec Watt, Dällikon et Dänikon) et Unteraffoltern. La basse justice de Watt-Oberdorf appartenait à l'abbaye de Wettingen.

En 1798, les deux bailliages furent répartis entre les districts de Regensdorf et de Bülach, sans égard pour les structures préexistantes. En 1803, augmenté de Hüttikon (jusque-là possession du comté, puis canton de Baden), le territoire des deux anciens bailliages fut attribué au secteur de R. du district de Bülach. En 1815, ce secteur ainsi qu'une grande partie du bailliage du Neuamt supprimé en 1798 et l'ancien bailliage de Rümlang furent réunis dans le bailliage de R. (district en 1831), rebaptisé district de Dielsdorf en 1871, lorsque la commune homonyme remplaça R. comme chef-lieu. En 1934, Affoltern quitta le district pour se rattacher à la ville de Zurich.


Bibliographie
– A. Nabholz, Geschichte der Freiherrn von Regensberg, 1894
– A. Largiadèr, Die Anfänge des zürcherischen Stadtstaates, 1922
– P. Nussberger, E. Schneiter, Bezirkschroniken des Kantons Zürich, 5, 1962, 152-161
– U. Fortuna, «Die Herrschaft Alt-Regensberg im 14. Jahrhundert», in ZTb 1999, , 1998, 29-50
– M. Stromer, L. Wüthrich, Regensdorf, Watt & Adlikon, 2009

Auteur(e): Ursula Fortuna / FP