Riedern

Ancienne commune GL, partie de la commune de Glaris depuis 2011. Située à l'entrée du Klöntal, au nord-ouest de Glaris. Vers 1350 Riedern. 102 bourgeois (hommes) en 1777, 341 hab. en 1850, 556 en 1900, 660 en 1950, 622 en 2000, 740 en 2005. Probable colonie alémane. Jusqu'en 1395, R. dut payer des redevances au couvent de Säckingen. Au Moyen Age, les habitants élevaient des moutons, plus tard aussi du gros bétail. Dès 1387 probablement, R. fit partie de la localité de Glaris à laquelle ses habitants étaient aussi rattachés au spirituel, tout en constituant leur propre communauté d'usagers. Celle-ci se sépara de Glaris entre 1543 et 1630 pour s'ériger en Tagwen (commune bourgeoise), qui formait toutefois une même circonscription électorale avec Glaris. En 1630, Netstal céda à R. les droits sur les hameaux de Bruch, Au et Durschen. Depuis la Réforme, la parité confessionnelle est établie, mais la majorité des habitants sont protestants. Les premiers artisans mentionnés en 1595 sont des tonneliers. Les nombreux bassins de fontaine en calcaire du XVIIIe s. en pays glaronais furent taillés à R. En 1855, Matheus Staub construisit une blanchisserie au bord de la Löntsch, à laquelle il ajouta une fabrique de tissage en 1866. Une autre fabrique de tissage exista au lieudit Auli de 1868 à 1910. La paroisse de Glaris-R. fut créée en 1862, l'école construite en 1872 et administrée dès 1876 par la commune scolaire de Glaris-R. Au début du XXIe s., R. abritait notamment des entreprises de construction métallique, de tuyaux pour orgues et des ateliers de soudure. En 2005, le secteur secondaire offrait 47% des emplois.


Bibliographie
– B. Stüssi, Aus der Geschichte der Allgemeinen Brunnenkorporation Riedern, 1933, (éd. spéciale des Glarner Nachrichten)
– J. Winteler, «Entstehung der selbständigen Gemeinde Riedern», in Glarus, 1961, 9-12
– R. Stüssi-Dürst, Riedern, 1998

Auteur(e): Karin Marti-Weissenbach / UG