20/03/2007 | communication | PDF | imprimer

Kempten

Château et seigneurie, comm. Wetzikon ZH. La seigneurie, dont la haute justice appartint au comté de Kibourg, fut attribuée par Zurich au bailliage de Grüningen avant 1470 déjà. La basse justice du village de K., fief du couvent de Saint-Gall, était aux mains des seigneurs de K., mentionnés en 1223. K.-Unterdorf, qui dépendait de l'abbaye d'Einsiedeln, fut partiellement intégré à la seigneurie de K. au XVe s. La lignée masculine des seigneurs de K. éteinte, le château et la seigneurie revinrent par mariage, vers 1400, à Gaudenz von Hofstetten, puis à sa fille Verena, qui épousa Diethelm Blarer von Wartensee, bourgeois de Zurich, en 1448. Au décès du fils de ce dernier, Kaspar (décès1482), la seigneurie fut partagée entre les diverses branches de la famille. En 1510 et 1567, les Blarer von Wartensee fusionnèrent Werdegg, Greifenberg et K., formant ainsi la plus importante seigneurie privée du canton de Zurich. A l'extinction des Blarer von Wartensee (1664), la seigneurie fut divisée en quatre. Par l'alternance annuelle de la présidence du tribunal, symbolisée par une main de justice, on prévint un démembrement de la seigneurie. La majorité des juridictions se trouvant en mains des familles Meiss, liées par mariage, et de la Konstaffel de Zurich, la cohérence fut maintenue. Par mariage, achats et successions, l'ensemble des domaines de la seigneurie finit par appartenir à Hans Schmid (décès1804). A la dissolution de la seigneurie en 1798, K. fut attribuée, avec Wetzikon, au district helvétique d'Uster. Au cours du XVIe s., les Blarer von Wartensee abandonnèrent le château au profit du village de K., où ils installèrent le siège du tribunal et édifièrent des maisons de maître, comme la Junkerhaus et l'Oberhaus (vers 1554); la Neuhaus, fut quant à elle construite par la famille Meiss en 1727. Le château passa en mains paysannes au XVIIe s.; le logis s'effondra en 1799, les ruines furent démolies au début du XIXe s.


Bibliographie
– H.E. Escher, Zürcher. Burgen und Schlösser, éd. B. Weber, 1989, 34-35
– B. Frei, Wetzikon, 2001

Auteur(e): Martin Illi / AN