27/09/2016 | communication | PDF | imprimer | 

Niederurnen

Ancienne commune GL, ayant fusionné en 2011 avec Bilten, Filzbach, Mollis, Mühlehorn, Näfels, Oberurnen et Obstalden pour former la commune de Glaris Nord. Village industriel de l'Unterland glaronais, au bas de la vallée de N. ou Alpental, avec, au nord-est, la zone industrielle de Ziegelbrücke, séparée du centre par l'autoroute A3. Av. 1045 ou entre 1077 et 1101 Niter Urnnen. Env. 200 hab. en 1543, 532 en 1701, 770 en 1799, 1505 en 1850, 1873 en 1900, 2931 en 1950, 3741 en 2000.

Dès 1030 environ, le village est attesté comme relevant de l'église de Schänis et, dès le XIIe s., de la seigneurie de l'abbaye de Schänis. En 1386, les Glaronais détruisirent le château d'Oberwindegg, mentionné dès 1265, qui s'élevait sur un éperon rocheux du Hirzli au-dessus du village, et intégrèrent N. dans le droit du pays. Jusqu'en 1288, le château fut occupé par les Meier de Windegg, ministériaux du couvent de Säckingen, puis les Habsbourg reçurent en fief la mayorie et acquirent également le château par la suite. En 1528, la chapelle Sainte-Vérène fut dépouillée de ses images et de ses autels et la majorité des habitants de N. passa à la Réforme, mais la séparation formelle d'avec Schänis date de 1605 seulement; la chapelle fut agrandie pour devenir une église en 1659. La nouvelle église catholique de Saint-Joseph, construite en 1937, se sépara de son église mère d'Oberurnen en 1956 pour constituer la nouvelle paroisse de N.-Bilten.

Au Moyen Age, le village vivait essentiellement de l'agriculture et de l'économie alpestre. La place grandissante de l'estivage du gros bétail est probablement à l'origine du consortage d'alpage créé dans les années 1540. Les membres à titre héréditaire de l'ancienne corporation (catholique) fondée en 1667, et de la nouvelle corporation réformée, fondée en 1756, géraient aussi leurs alpages en commun. Le plus grand vignoble glaronais actuel, situé au-dessous de la ruine d'Oberwindegg, est attesté pour la première fois vers 1640. Le village comptait de nombreux artisans au XVIIe s., grâce à l'énergie hydraulique disponible et aux bains thermaux florissants, exploités jusqu'au XXe s. L'ancienne rubanerie de soie, restaurée en 1991, date du milieu du XVIIIe s. La correction des eaux de la Linth dégagea des terrains pour l'agriculture, la construction de logements et l'industrie. La fabrication d'amiante-ciment (Eternit) débuta en 1903 dans les locaux de la première indiennerie fondée vers 1830 (fermée en 1896). La filature mécanique Enderlin & Jenny créée en 1834 à Ziegelbrücke racheta aussi un atelier de tissage à N. en 1851. La commune fut raccordée à la ligne ferroviaire du Nord-Est reliant Ziegelbrücke à Glaris en 1875. Le ruisseau fut endigué (1888-1892) après les inondations dévastatrices de 1886; l'usine électrique entra en service en 1904. Le village fut raccordé à l'autoroute A3 en 1963. Il abrite l'usine cantonale d'incinération des ordures ménagères depuis 1973. En 2005, le secteur secondaire fournissait 40% des 2008 emplois de la commune, le secteur tertiaire 57%.


Bibliographie
– J. Elmer, Beiträge zur Geschichte der Gemeinde Niederurnen, 1974
– J. Elmer, Die Korporationen in Niederurnen und ihre Geschlechter, 1983
600 Jahre freies Niederurnen, 1386-1986, 1986
– J. Elmer, «Die Geschichte der evangelisch-reformierten Kirchgemeinde Niederurnen», in JbGL, 80, 2000, 7-79

Auteur(e): Karin Marti-Weissenbach / UG