Foehn

Le foehn est un vent chaud et sec, qui descend des montagnes. Dans les Alpes, il naît de la compensation entre zones de haute et de basse pression séparées par le massif montagneux. L'air montant se refroidit et son humidité se condense en pluie. L'air desséché descend dans les vallées sur l'autre versant des Alpes, se réchauffe et peut devenir un vent tempétueux. La plupart des vallées alpines de Suisse sont des couloirs à foehn. Celui-ci réchauffe le climat, favorise la végétation (vergers, vignes, châtaignes, pâturages de haute altitude), mais peut aussi provoquer une brusque fonte des neiges, des pluies violentes et des crues, ce qui entrave l'habitat et l'économie et oblige à des travaux de protection contre les inondations et les avalanches. Les tempêtes menaçaient la navigation (lacs d'Uri et de Walenstadt) et gênaient les transports: les villages atteignables uniquement par voie lacustre, comme Sisikon et Quarten, devaient vivre autant que possible en autarcie, et la construction de routes terrestres s'imposait (Axenstrasse, Kerenzerbergstrasse). Les incendies provoqués ou propagés par le foehn (par exemple à Glaris, Altdorf UR, Meiringen) furent depuis le XVe s. à l'origine des règlements et des institutions de police du feu et des constructions. La recherche médicale soupçonne les variations de pression précédant le foehn de causer les malaises physiques et psychiques qui lui sont associés depuis des siècles.


Bibliographie
– M. Kuhn, éd., Föhnstudien, 1989 (avec bibliogr.)
– K. Frey, «Der Föhn, seine Eigenschaften und Erscheinungsformen», in Mitteilungen der Naturforschenden Gesellschaft Solothurn, 37, 1996, 185-199 (avec bibliogr.)

Auteur(e): Hans Stadler / ME