Saint-Victor

Eglise fondée par une princesse burgonde à la fin du Ve s. sous les murs de Genève, dédiée à saint Victor, de la Légion thébaine, devenue conventuelle vers l'an mille et donnée à Cluny. L'avouerie est détenue par les comtes de Genève. Dès la fin du XIe s., le prieuré clunisien possède des droits sur des églises paroissiales de la région et la collation à plusieurs cures. Dès la seconde moitié du XIVe s., le prieur est souvent commendataire et non résident. Une paroisse s'est créée autour de l'église et un faubourg s'est développé. Le temporel est vaste, notamment autour de Cartigny, et le prieuré y détient en partie la basse justice. Ces biens n'empêchent pas S. d'être fortement endetté durant la première moitié du XIVe s. Après que la maison de Savoie a acquis en 1402 les droits et possessions de celle de Genève, le prieuré est soumis à diverses pressions, par exemple versements obligés de dons gratuits au duc. La tension culmine lorsque François Bonivard est prieur, au moment où Charles II de Savoie veut s'emparer de Genève. Dès 1530, la ville souhaite démolir S., qui pourrait être utilisé par le duc en cas de siège. La démolition est partielle en 1531, totale en 1534, d'où notre ignorance sur les bâtiments conventuels. La paroisse disparaît à la Réforme en 1536, le faubourg est détruit et Genève construit à cet emplacement des fortifications. Le temporel de S., comme celui du chapitre cathédral de Saint-Pierre, passe à la ville, la haute juridiction revenant à Berne par droit de conquête. L'enchevêtrement des droits sur les "terres de Saint-Victor et Chapitre" dure jusqu'au traité de Turin (1754). Quelques moines se réfugient en Savoie en 1534, à Reignier; les revenus du prieuré sont attribués en 1573 à une commanderie de l'ordre des Saints-Maurice-et-Lazare.


Sources imprimées
– S. Coram-Mekkey et al., Saint-Victor et Chapitre, [CD-ROM], 2008
Bibliographie
HS, III/2, 239-324
– Ch. Guilleré, C. Santschi, dir., Terres et pouvoirs partagés entre Genève et Savoie, 2008
– S. Coram-Mekkey, «Saint-Victor et Chapitre», in Les registres du Conseil de la République de Genève sous l'Ancien Régime, 2009, 211-225

Auteur(e): Lucienne Hubler