Malval

Village de la comm. de Dardagny GE, sur la rive droite de l'Allondon, affluent du Rhône, à la frontière franco-suisse. Av. 1100 Marval, Malvaz. 25 feux en 1412, 18 en 1517, 36 hab. en 2000. M. fut le siège d'une seigneurie attestée avant 1100 qui dépendit de l'évêque de Genève, puis de la Seigneurie. Le fief était tenu par la famille de M. qui résidait dans le château épiscopal dit de Bregnoz (rive gauche de l'Allondon), siège d'un mandement de M. absorbé par celui de Peney entre 1311 et 1342. Les M. possédaient aussi une maison forte (rive droite), attestée dès 1299, reconstruite en 1303 pour son vassal par Amédée V de Savoie, détruite en 1306 par le sire de Gex, puis réparée. Les deux édifices, ainsi qu'une motte fortifiée (motte du Crêt) étaient en ruine dans le deuxième quart du XVe s. Avec Confignon, Dardagny et Russin, M. forma jusqu'en 1795 le fief de Châteauvieux. Une communauté d'habitants est attestée à M. de 1752 à 1789. En 1798, M. fut rattaché à la commune de Dardagny. Au spirituel, M. fut le siège d'un prieuré et d'une paroisse englobant Les Granges, Essertines et Les Baillets. Les parties les plus anciennes de la chapelle Sainte Marie-Madeleine, isolée au fond d'un vallon, datent du Xe s. L'édifice a d'abord servi à un prieuré clunisien attesté en 1275 qui dépendait du prieuré d'Asserans (Ain) et était affilié avec celui-ci à l'abbaye (ou plus correctement au prieuré conventuel) de Nantua; il n'y avait plus de moines à M. dès le début du XIVe s. Après leur départ, la chapelle servit d'église paroissiale, puis de temple, la paroisse réformée de Dardagny-M.-Russin ayant été créée en 1544. Un clocher fut d'abord construit au village (1757), puis remplacé en 1938 par un clocher-arcade accolé au temple. Un moulin aux Granges-sous-M. existait dès le XVe s. Aux XVIIe et XVIIIe s., quelques habitants du hameau travaillaient à domicile comme horlogers. M. est resté un village agricole (viticulture). En 1845, un pont sur l'Allondon facilita les communications avec Satigny et Genève.


Bibliographie
– L. Blondel, «Un prieuré inconnu», in Genava, N.S., 12, 1964, 107-121
– A. Brulhart, E. Deuber-Pauli, Ville et canton de Genève, 1985, 377-378 (21993)
HS, III/2, 363-364
– B. Crettaz et al., La comm. de Dardagny, 1991
– M. de La Corbière et al., Terres et châteaux des évêques de Genève, 2001, 75-95

Auteur(e): Martine Piguet