Bucheggberg

Seigneurie jusqu'en 1391, bailliage soleurois jusqu'en 1798, partie du district de Biberist sous la République helvétique, bailliage entre 1803 et 1830; district dès 1831, formant avec celui de Kriegstetten (dit Wasseramt dès 1988) une circonscription (Amtei) du canton de Soleure. Au décès du comte Hugo von Buchegg (1347), la seigneurie, sise dans le landgraviat de Bourgogne, passa avec Balmegg aux Senn de Münsingen. En 1391, Elisabeth Senn, veuve du sire von Bechburg, la vendit avec Teufelsburg (comm. Rüti bei Büren) à la ville de Soleure, qui en fit un bailliage "intérieur", auquel s'ajouteront entre 1410 et 1412 la seigneurie de Messen (avec Etzelkofen jusqu'en 1665), Aetingen en 1470, Lüsslingen et Nennigkofen en 1539. La haute juridiction releva dès 1391 des Kibourg et dès 1406 de Berne, qui en profita pour imposer la Réforme. Les droits de Berne et de Soleure en matière ecclésiastique firent l'objet d'un accord en 1539, la surveillance des mœurs restant sous la responsabilité de Soleure (il n'y eut un consistoire institué par Berne qu'entre 1818 et 1831). L'accord de Wynigen (1665) régla de nouvelle façon les douanes, les droits souverains, les questions ecclésiastiques et la répartition des juridictions. Le bailliage de B. fut divisé en quatre ressorts judiciaires (Lüsslingen, Schnotttwil, Messen, Aetingen), qui survivent aujourd'hui dans l'organisation paroissiale: Lüsslingen avec Nennigkofen, Lüterkofen et Ichertswil; Schnottwil avec Lüterswil, Biezwil et Gossliwil; Messen avec Brunnenthal, Balm bei Messen, Gächliwil et dès 1665 Oberramsern; Aetingen avec Tscheppach, Mühledorf, Kyburg-Buchegg, Brügglen, Unterramsern, Küttigkofen, Hessigkofen et Aetigkofen.

Dans le B. et le Wasseramt, à la différence d'autres bailliages, l'usage des communaux fut réglé durant des siècles comme un droit réel. Après la promulgation de la loi de 1836 sur l'usage des forêts bourgeoisiales dans ces deux districts, des litiges éclatèrent qui durèrent jusqu'en 1848. Les forêts furent alors partagées entre les communes et les anciens ayants droit. De nos jours encore, le B. est une région d'agriculture intensive. Le district compte actuellement vingt et une communes.


Bibliographie
– F. Eggenschwiler, Die territoriale Entwicklung des Kantons Solothurn, 1916, 79-88
– L. Altermatt, Der Kanton Solothurn in der Mediationszeit, 1803-1813, 1929
– O. Noser, Beitrag zur Landwirtschaftsgeschichte Solothurns im Ancien Régime, mém. lic. Bâle, 1978
SolGesch., 3
– P. Lätt, Buchegg und die Buchegger, 1984

Auteur(e): Othmar Noser / WW