Thierstein

Seigneurie (dès le XIIe s.) des comtes de T., héritiers de la famille de Soyhières, bailliage (1522-1798), puis district du canton de Soleure (dès 1803). 2699 hab. en 1662, 3160 en 1737, 4838 en 1798, 6896 en 1850, 6270 en 1900, 9515 en 1950, 13 483 en 2000. En 1517, T. aurait dû échoir, par achat, au prince-évêque de Bâle, mais Soleure, alors avoué du couvent de Beinwil, réussit à s'imposer et, dès 1522, entra progressivement en possession de l'ensemble de la seigneurie. Soleure fit du château le siège du bailliage de T. Avec les bailliages de Dorneck et de Gilgenberg, T. forma le district de Dornach sous l'Helvétique (1798-1803). Breitenbach est le chef-lieu du district de T., qui comptait douze villages au début du XXIe s.: Fehren, Himmelried, Meltingen, Nunningen et Zullwil (jadis dans le bailliage de Gilgenberg), Beinwil, Breitenbach, Büsserach et Erschwil (dans la vallée de la Lucelle), ainsi que Grindel, Bärschwil et l'enclave de Kleinlützel. Les districts de Dorneck et de T. forment le Schwarzbubenland. Resté à dominante rurale, le district est tourné vers la région bâloise. Les quelques rares industries sont concentrées autour de Breitenbach.


Bibliographie
– C. Roth, Die Auflösung der Tiersteinischen Herrschaft, 1906
– G. Marti-Straumann, «Die industrielle Entwicklung im Bezirk Thierstein», in JbSolG, 28, 1955, 118-126

Auteur(e): Lukas Schenker / BAP