Berschis

Village de la commune de Walenstadt SG (dès 1803), au pied du Sankt Georgenberg. Commune bourgeoise, paroisse et commune scolaire. 831 Berganis, partie du domaine de Flums, 1253 Bersins. 464 hab. en 1950, 429 en 1970, 539 en 1992, 572 en 2000. Le Sankt Georgenberg était déjà habité au Bronze final (fouilles de 1937). La découverte de monnaies, les vestiges de murailles, de deux fosses-citernes et d'un escalier taillé dans le rocher laissent supposer l'existence, sur cette montagne, d'une installation fortifiée dont le but était d'assurer la voie romaine secondaire Maienfeld-Mels-Heiligkreuz bei Mels-Walenstadt-lac de Walenstadt-Zurich. A la fin de l'époque romaine, le site servit de refuge. Lors du refoulement de la langue romane dans le pays de Sargans (XIIIe-XVe s.), il s'est créé entre B. et Tscherlach une frontière linguistique nette, du fait de la confluence de deux vagues de germanisation, l'une en provenance de Sargans, l'autre de Weesen. Au spirituel, B. relevait de Flums, où le seigneur de Gräpplang possédait le droit de patronage (jusqu'en 1528 ce fut l'évêque de Coire, puis les Tschudi de Glaris). En 1502 furent consacrées la chapelle Saint-Georges (vraisemblablement du XIe/XIIe s.) et l'église Saint-Eusèbe. En 1714, B. et Tscherlach se détachèrent de Flums pour former une paroisse; en 1845, les deux villages se scindèrent à leur tour en deux paroisses, mais la cure commune fut maintenue. L'ancienne église fut démolie et reconstruite en 1878-1880. La communauté de B. possédait des communaux, des forêts et des alpages (droit de vaine pâture et communauté d'alpages de Malun règlementés en 1475). Elle reçut en 1486 la confirmation de son droit d'octroyer la bourgeoisie. Des corvées pour l'endiguement de la Seez et du ruisseau qui traverse le village ont subsisté jusqu'au milieu du XIXe s. Dans les forêts de B., des maîtres de forges confédérés reprirent en 1549 l'autorisation d'exploiter des charbonnières pour le haut fourneau de Flums (1549). Un moulin est mentionné en 1625. A l'agriculture traditionnelle sont venues s'ajouter, à la fin du XIXe s. et au XXe s., de petites entreprises artisanales et industrielles qui ont partiellement disparu par la suite. A la fin du XXe s., de nouvelles entreprises contribuent à l'essor économique du village.


Bibliographie
MAH SG, 1, 1951, 410-424
– R. Trüb, Die Sprachlandschaft Walensee-Seeztal, 1951

Auteur(e): Paul Gubser / TB