20/10/2016 | communication | PDF | imprimer | 

Elm

L'édition imprimée de cet article comporte des images. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Ancienne commune GL, ayant fusionné en 2011 avec Betschwanden, Braunwald, Engi, Haslen, Linthal, Luchsingen, Matt, Mitlödi, Rüti, Schwanden (GL), Schwändi et Sool pour former la commune de Glaris Sud. Dernier village du Sernftal comprenant les hameaux de Sulzbach, Schwändi, Müsli, Untertal, Vogelsang, Töniberg, Obmoos, Steinibach et Wald, au départ de plusieurs passages alpins et du col du Panix. 1344 Elme. 516 hab. en 1730, 765 en 1789, 1051 en 1850, 913 en 1900, 867 en 1950, 791 en 1990, 761 en 2000. Rattaché à l'origine à l'église de Glaris, E. releva de la nouvelle paroisse de Matt dès 1273 et put construire une filiale par autorisation papale de 1493. Elle se sépara de l'église mère en 1594. La Réforme, introduite en 1528, entraîna des destructions iconoclastes (22 mars). L'exploitation des alpages (moutons) est attestée dès l'an mille. L'agriculture de subsistance, primordiale jusqu'au XVIIe s., fut complétée, dans la première moitié du XVIIIe s., par des ateliers de filature de coton à domicile. Le XVIIe s. vit aussi le développement de l'estivage des bœufs destinés à l'exportation vers l'Italie du Nord, commerce qui atteignit son maximum en 1750 dans cette région. Les bains de Wichlen, mentionnés dès 1547, très fréquentés, furent ensevelis en 1762. Architecture de bois bien conservée (Grosshaus de 1585/1586, maison Zentner de 1799). La maison Souvorov (rénovée en 1671, agrandie en 1772) doit son nom au général russe, qui y passa la nuit avant de franchir le Panix avec ses troupes le 5 octobre 1799. Ecole depuis le milieu du XVIIIe s. Dès 1861, l'exploitation d'un gisement de schiste au Tschingelberg servit à la fabrication d'ardoises et de crayons d'ardoise. Son extraction intensive fut à l'origine de l'éboulement du 11 septembre 1881 qui fit 114 victimes et ensevelit 83 bâtiments. Le Kurhaus, construit en 1898, connut son apogée avant 1914; il abrita par la suite la maison de retraite des trois communes du Sernftal. Dès 1905, E. fut relié à Schwanden par un tramway électrique, remplacé en 1969 par une ligne de bus. Les Mineralquellen Elm AG (sources d'eau minérale), fondées en 1929, représentent au début du XXIe s. encore la seule industrie de la localité. Développement du tourisme (domaines skiables de Schabell dès 1973, de Pleus dès 1982). Utilisation militaire de Wichlen dès 1978 comme terrain d'exercice pour les chars. E. reçut le prix du Conseil de l'Europe (1976) et le prix Wakker (1981) pour la sauvegarde de son patrimoine. La surface exploitable est de 4600 ha (terres agricoles et alpages). En 2000, le secteur primaire offrait encore environ un quart des emplois


Bibliographie
– W. Fromm, «Vor 100 Jahren: Der Bergsturz von Elm», in Neujahrsbote für das Glarner Hinterland, 15, 1981, 7-53
– K. Hürlimann, «50 Jahre Mineralquellen Elm», in Neujahrsbote für das Glarner Hinterland, 15, 1981, 137-143
– U. Schelbert, «Elm und seine Schieferbrüche», in Neujahrsbote für das Glarner Hinterland, 15, 1981, 54-104
– W. Fromm, Chronik der Gemeinde Elm, 1985
Das Martinsloch zu Elm, 1996
– Ch. Pfister, éd., Le jour d'après, 2002, 113-130

Auteur(e): Karin Marti-Weissenbach / EMA