Gorgier (seigneurie)

Seigneurie à l'ouest du canton de Neuchâtel comprenant la plus grande partie de La Béroche, soit Saint-Aubin, Sauges, Fresens, Montalchez, une partie de G. (le fief de Derrière-Moulin en est détaché dès la fin du XIVe s.). Au Moyen Age, un tiers de l'avouerie de Bevaix et quelques droits à Cortaillod complétaient le tout. Jouissant d'abord de l'immédiateté impériale, elle fut soumise aux sires de Vaud en 1340 et aux comtes de Neuchâtel en 1344, mais garda cependant sa spécificité. Elle suivit la coutume d'Estavayer jusqu'au milieu du XVIIIe s. En 1398, elle reconnut faire partie de la bourgeoisie générale d'Estavayer et fit confirmer les usages de son plaid local. Son histoire fut marquée par de nombreux conflits avec son seigneur et par des alliances avec Estavayer (1463 et 1490) et avec Berne (1561). Elle appartint successivement aux familles d'Estavayer (milieu du XIIIe s.-1359), Neuchâtel (1359-1378), Estavayer (1378-1433), Neuchâtel (branche bâtarde, 1433-1678), Achey (1678-1718), Grammont (1718-1730), Cheylas (1730-1749), Andrié (1749-1813) et Pourtalès (1815-1848). Les droits de justice criminelle et civile furent supprimés en 1831 et le fief aboli en 1848.


Bibliographie
MAH NE, 2, 1963, 419-429
– Ch. Grossen, La châtellenie de Vaumarcus et Gorgier au milieu du XIVe s. d'après les comptes des receveurs Perroud et Jordan, mém. lic. Neuchâtel, 1974

Auteur(e): Germain Hausmann