Yverdon (bailliage, district)

Bailliage bernois de 1536 à 1798 (comprenant la vallée de Joux de 1536 à 1565), distr. du canton du Léman de 1798 à 1803, distr. du canton de Vaud de 1803 à 2006, englobé depuis 2006 (sauf Oppens) dans le nouveau distr. du Jura-Nord vaudois (chef-lieu à Y.-les-Bains). Après la conquête du Pays de Vaud, Berne érigea en chef-lieu de bailliage la ville d'Y., qui, loyale à la maison de Savoie, fut la seule à opposer une résistance armée en 1536. A l'héritage savoyard s'ajoutèrent, une fois la Réforme introduite, les biens et les droits sécularisés des cures catholiques comme de la Chartreuse de La Lance (comm. Concise). Le territoire conquis fut divisé en neuf châtellenies (Baulmes, Belmont, Chavornay, Les Clées, Donneloye, Essertines, Saint-Martin, Sainte-Croix et Y.), qui relevaient directement du bailli. En outre, dix-neuf seigneuries restèrent en mains de particuliers, nobles ou bourgeois, reconduits dans leurs liens antérieurs de vassalité (Ballaigues, Bavois, Bercher, Bioley-Magnoux, Champvent, Chanéaz, Corcelles-sur-Chavornay, Correvon, Cronay, Ependes, Essert-Pittet, La Mothe, Lignerolle, Mathod, Mézery, Molondin, Orzens, Pailly et Vuarrens). Y. constitua l'un des trois bailliages vaudois les plus étendus (56 communes, 17 881 hab. en 1798) avec ceux de Lausanne et de Romainmôtier, mais d'un rendement fiscal inférieur (2e classe, tenu pour équivalent à celui des bailliages d'Aubonne, de Bonmont, de Grandson, de Morges, de Moudon et de Payerne). Sa contribution annuelle au revenu décimal de l'Etat de Berne sur la céréaliculture en Pays de Vaud fluctuait entre 12 et 15% (froment, méteil, seigle, orge et avoine). Le district, essentiellement agricole (céréales, fourrage, pomme de terre, betterave sucrière), s'est industrialisé dès la fin du XIXe s.: fabrique de pierres fines, horlogerie, tuileries, ateliers de construction (wagons, pompes à incendies). Formé de quatre cercles, il réunissait trente-neuf communes (13 336 hab. en 1850, 17 771 en 1900, 20 721 en 1950, 35 372 en 2000).


Bibliographie
– L. Michaud, Yverdon à travers son passé, 1969

Auteur(e): Patrick-R. Monbaron