• <b>Romainmôtier (seigneurie, bailliage)</b><br><I>Tierce carte pour la seigneurie et bailliage de Romainmôtier en 1572</I>, dressée par un dessinateur inconnu (Archives cantonales vaudoises, Bq 2, photo Rémy Gindroz).

Romainmôtier (seigneurie, bailliage)

Bailliage bernois de 1537 à 1798. Les possessions du prieuré clunisien de R., l'un des plus richement pourvus du Pays de Vaud, échurent à Berne par voie de conquête en 1536. Toutefois la sécularisation de la seigneurie ecclésiastique, consécutive à l'introduction simultanée de la Réforme, se heurta à une opposition assez résolue de la part de Fribourg pour la retarder de quelque six mois. Le bailliage, ainsi créé en date du 21 juin 1537, fut composé de la Pôté ou Terre de R. (Agiez, Arnex, Bofflens, Bretonnières, Croy, Envy, Juriens, La Praz, Premier, R. siège baillival, Vallorbe et Vaulion, celui de Lanfrey ayant entretemps disparu), des communes d'Apples et de Bursins (enclavées dans le bailliage de Morges) et dès 1566 des possessions de l'abbaye prémontrée du Lac de Joux (L'Abbaye, Le Chenit, Le Lieu et leurs hameaux). En 1598, la baronnie de La Sarraz (Chevilly, Cuarnens, Eclépens, Ferreyres, Moiry, Orny, Pompaples et Villars-Lussery), jusqu'alors du ressort de Moudon, lui fut adjointe par commodité administrative. Les possessions de R. dans le Jura français (région de Salins) restèrent biens ecclésiastiques jusqu'en 1789; néanmoins, en sa qualité de successeur au prieur, Berne continua d'en retirer une rente annuelle en argent et en nature. Le monastère fut transformé en caves et greniers d'Etat et la maison du prieur convertie en château baillival. L'étendue des droits féodaux et seigneuriaux comme le volume de la dîme firent de R. un bailliage de première classe, rentable et recherché. A côté de l'agriculture (plaine et montagne) et de l'élevage, l'industrie métallurgique (fer) se développa grâce à l'abondance des ressources forestières (charbon). En 1798, le bailliage de R. (11 366 hab., soit près de 8% de la population vaudoise) fut démembré: les douze communes de la terre de R. furent réunies au district d'Orbe, les neuf de la baronnie de La Sarraz à celui de Cossonay, celles de la vallée de Joux furent constituées en district de La Vallée, alors qu'Apples et Bursins furent respectivement intégrés aux districts d'Aubonne et de Rolle.

<b>Romainmôtier (seigneurie, bailliage)</b><br><I>Tierce carte pour la seigneurie et bailliage de Romainmôtier en 1572</I>, dressée par un dessinateur inconnu (Archives cantonales vaudoises, Bq 2, photo Rémy Gindroz).<BR/>
Tierce carte pour la seigneurie et bailliage de Romainmôtier en 1572, dressée par un dessinateur inconnu (Archives cantonales vaudoises, Bq 2, photo Rémy Gindroz).
(...)


Bibliographie
– M. Reymond et al., Hist. de Romainmôtier, 1928 (réimpr. 1988)

Auteur(e): Patrick-R. Monbaron