• <b>Morges (bailliage, district)</b><br>Détail de la carte du canton de Berne (orientée au sud), gravure sur cuivre coloriée réalisée en 1578 par  Thomas Schöpf (Zentralbibliothek Zürich, Abteilung Karten und Panoramen). De Saint-Sulpice et de l'embouchure de la Venoge (sur la gauche de l'image) au château de Saint-Prex (à droite), la carte montre les divers villages rattachés au bailliage de Morges au XVI<SUP>e</SUP> siècle.

Morges (bailliage, district)

Châtellenie savoyarde (1286-1536), bailliage bernois (1539-1798), distr. du canton du Léman (1798-1803), distr. du canton de Vaud dès 1803. 12 815 hab. en 1850, 15 466 en 1900, 20 735 en 1950, 69 077 en 2000. M. fut dès sa fondation (1286) le siège d'une châtellenie, limitée à l'est par la Venoge et s'étendant jusqu'à Apples. Sur ce territoire, se trouvaient en outre, à l'est, le prieuré bénédictin de Saint-Sulpice, à l'ouest, la ville neuve de Saint-Prex, fondée par le chapitre de la cathédrale de Lausanne. Au Moyen Age, les habitants du ressort de M., qui comprenait Mollens, Lussy, Tolochenaz, Lully, Echichens, Lonay, Préverenges, Denges, Echandens et Bremblens, bénéficiaient du droit de refuge en ville moyennant une contribution aux fortifications. Après la conquête bernoise, en 1536, la région est rattachée au grand bailliage de Moudon, puis, trois ans plus tard, constituée en bailliage indépendant. Englobant soixante-six communes, celui-ci était l'un des plus grands du Pays de Vaud et comptait neuf circonscriptions militaires, un tribunal baillival, trois tribunaux de châtellenie, quarante-cinq cours de justice relevant des seigneurs locaux, ainsi que vingt-trois consistoires ou tribunaux ecclésiastiques. Le district créé en 1798 comprenait trente-quatre communes, organisées en quatre cercles (Colombier, Ecublens, M., Villars-sous-Yens); celui créé en 2006, amputé de cinq communes attribuées au district de l'Ouest lausannois, englobe à nouveau soixante-six communes (29 du district de M., 22 de celui de Cossonay, 14 de celui d'Aubonne et une du district de Rolle), sises entre la Venoge et l'Aubonne, le pied du Jura et le Léman. La ville de M. est l'unique noyau urbain d'une région caractérisée par des activités viticoles et agricoles. Dès les années 1950, le district connut une explosion démographique et le développement d'importantes zones résidentielles liées à la proximité de l'agglomération lausannoise.

<b>Morges (bailliage, district)</b><br>Détail de la carte du canton de Berne (orientée au sud), gravure sur cuivre coloriée réalisée en 1578 par  Thomas Schöpf (Zentralbibliothek Zürich, Abteilung Karten und Panoramen).<BR/>De Saint-Sulpice et de l'embouchure de la Venoge (sur la gauche de l'image) au château de Saint-Prex (à droite), la carte montre les divers villages rattachés au bailliage de Morges au XVI<SUP>e</SUP> siècle.<BR/>
Détail de la carte du canton de Berne (orientée au sud), gravure sur cuivre coloriée réalisée en 1578 par Thomas Schöpf (Zentralbibliothek Zürich, Abteilung Karten und Panoramen).
(...)


Bibliographie
– A. Fink, «Les institutions bernoises de 1536 à 1786 et l'organisation du bailliage de Morges», in Helvetia, 1971, 101-107, 135-340
– M. Pahud, L'insurrection des Bourla-Papey (1802), mém. lic. Lausanne, 2005

Auteur(e): Paul Bissegger