Farnsburg

Important château fort et centre d'une seigneurie, puis bailliage de Bâle, dans le "haut pays", de 1461 à 1798. Ce château fort (Varsperg, Varnsberg en 1351, F. à partir du XVIe s. seulement) emprunte son nom à la hauteur sur laquelle il est bâti, et peut-être aussi à une ferme. Le château fort (comm. Ormalingen), dont le versant accessible était protégé par un fossé, se dresse sur un éperon saillant. La ruine présente de beaux vestiges, notamment le mur bouclier, encore debout, derrière lequel se situait l'aile habitée, le mur d'enceinte ainsi qu'un ouvrage avancé avec barbacane, abritant le portail. Des reproductions et des plans des XVIIe et XVIIIe s., ainsi que des actes ayant trait à la construction depuis le XVe s., permettent de connaître l'architecture de l'ancien édifice. Selon les sources écrites, les recherches archéologiques faisant défaut, le château fort fut fondé vers 1330 par les comtes de Thierstein sur un de leurs alleux.

F. constitua le centre de la seigneurie du même nom, comprenant les villages d'Arisdorf, Wintersingen, Maisprach, Buus, Hemmiken, Rickenbach, Gelterkinden, Ormalingen, Wenslingen, Tecknau, Zeglingen, Kilchberg, Rünenberg et Diepflingen, ainsi que le passage du Bas-Hauenstein, et le landgraviat de Sisgau. Après le partage des biens des Thierstein, F. devint vers 1350 la résidence de la branche Thierstein-F. Des ministériaux, tels les Zielemp, qui faisaient office de châtelains, vivaient aussi au château. Par Claranna, dernière descendante des Thierstein-F., la seigneurie passa après 1418 aux barons de Falkenstein. En 1444, une troupe de Confédérés assiégea en vain le château (elle sera anéantie à la bataille de Saint-Jacques-sur-la-Birse). Après avoir participé à la guerre de Zurich aux côtés des Autrichiens, les Falkenstein déclinèrent et vendirent château fort et seigneurie à la ville de Bâle en 1461. Dès lors, F. devint le siège d'un bailliage. Aux XVe et XVIe s., le district de F., initialement identique à la seigneurie des Thierstein, s'étendit aux villages de Zunzgen, Sissach, Böckten, Tenniken, Diegten, Eptingen et Itingen. Après que le dernier bailli eut évacué le château, celui-ci fut incendié par les habitants de la contrée (1798).


Bibliographie
– W. Merz, Die Burgen des Sisgaus, 2, 1910, 1
– W. Meyer, Burgen von A-Z, 1981
MAH BL, 3, 1986, 230-234
– M. Othenin-Girard, Ländliche Lebensweise und Lebensformen im Spätmittelalter: eine wirtschafts- und sozialgeschichtliche Untersuchung der nordwestschweizerischen Herrschaft Farnsburg, 1994

Auteur(e): Werner Meyer / FS