Sernftal

Vallée latérale de la vallée de la Linth, dans le canton de Glaris, suivant une orientation vers l'est près de Schwanden, puis vers le sud à partir d'Engi. Partie de la commune de Glaris Sud depuis 2011. 1240 Serniftal. La toponymie indique une colonisation progressive depuis le sud et l'est. Jusqu'au XIXe s., le col du Panix, donnant dans la vallée du Rhin antérieur, et le col de Foo, dans la vallée de Weisstannen, furent des voies de communication d'importance régionale et suprarégionale. Des villages désertés du Moyen Age se trouvent notamment à l'Alp Ämpächli. Au XVIe s., des Walser s'installèrent dans la vallée, à Elm principalement. L'agriculture, jusqu'à l'époque moderne, était tournée vers une production autarcique et, aux XVIIe et XVIIIe s. surtout, les paysans faisaient estiver sur les alpages des bœufs destinés à l'exportation vers l'Italie du Nord. Au XVIIIe s., les habitants de la vallée tiraient un revenu d'appoint de la filature du coton. Des gisements d'ardoise furent exploités dès le XVIe s. à Engi et, au XIXe s., à Matt et à Elm. Toutes les communes furent touchées par le passage de l'armée du général Souvorov. Dans la seconde moitié du XIXe s., les disettes affectèrent surtout Matt et Engi. Une route carrossable reliant Schwanden à Elm fut construite entre 1823 et 1853. L'industrie textile s'établit à Engi en 1847 et des ateliers à Matt de 1868 à 1967. La place d'armes de Wichlen et les cantonnements militaires de Matt créent directement et indirectement des emplois. Le chemin de fer du Sernftal, ouvert en 1905, a été remplacé par un service de bus en 1969. Il existe depuis 1979 une station d'épuration des eaux à Engi et l'école secondaire d'arrondissement à Matt. Une nette baisse de la natalité est observée depuis 2000. La vallée fut divisée à l'origine en deux circonscriptions électorales (Tagwen), Elm et Matt-Engi, puis Engi devint une commune électorale en 1887. De 1990 à 2011, le S. forma à lui seul un cercle électoral.


Bibliographie
– M. Baumgartner, «Ein Bergtal öffnet sich», in Neujahrsbote für das Glarner Hinterland, 15, 1981, 108-136

Auteur(e): Karin Marti-Weissenbach / LA