Schweizerhalle

Zone industrielle située à la frontière des communes bâloises de Pratteln et Muttenz. La zone alluvionnaire longeant la route entre Bâle et Rheinfelden au-dessus de la forêt du Hard resta agricole jusqu'au XIXe s. Sur la commune de Muttenz se trouvait la Maison rouge (Rothus), ferme avec auberge mentionnée dès le XIVe s., qui devint après 1383 l'unique établissement suisse des ermites pauliniens; après la Réforme, elle fut transformée en maison de maître. En 1836, le Saxon Carl Christian Friedrich Glenck, conseiller d'Oberberg, découvrit à S. une couche de sel gemme de 6 m d'épaisseur. Après l'ouverture de la première saline en 1837, des industries chimiques (surtout de colorants et d'engrais) s'y établirent aux XIXe et XXe s. en raison du sel, matière première se trouvant sur place en abondance, et de la proximité du Rhin servant de canal d'évacuation des eaux usées. Des bains salins furent ouverts en 1850 et restèrent en fonction jusqu'en 1910. La première usine chimique de la région bâloise fut construite en 1845; elle sera plus tard la Chemische Fabrik Schweizerhall, passée en 2005 au groupe allemand Brenntag. La saline, entreprise privée, se transforma en Salines suisses du Rhin réunies SA en 1909. Après l'ouverture de la Fabrique d'acide, regroupant diverses industries de la branche (1918), celles-ci se mirent à installer leurs propres succursales, toujours actives au début du XXIe s. Rattaché en 1872 au réseau ferroviaire par le train des salines, S. développa ses infrastructures, poste, auberge, épicerie et école (1932-1971) après la construction de quelques petits lotissements ouvriers. Le 1er novembre 1986, un entrepôt de Sandoz s'embrasa et l'eau d'extinction détruisit la vie piscicole jusqu'à Mannheim. La villa Glenck abrite depuis 1997 un Musée moderne des salines.


Bibliographie
– K. Birkhäuser et al., 150 Jahre Saline Schweizerhalle, 1837 bis 1987, 1987
Heimatkunde Pratteln 2003, 2003
Muttenz zu Beginn des neuen Jahrtausends, 2009
– B. Ruetz, A. Roos, Carl Christian Friedrich Glenck, 1779-1845, 2009

Auteur(e): Dominik Wunderlin / EVU