Weggis (bailliage)

Juridiction médiévale, bailliage du canton de Lucerne jusqu'en 1798. La paroisse de W.-Vitznau (sans Greppen) formait vers 1300 un ressort de haute justice qui correspondait au domaine (Kelnhof) de W. (lequel appartenait à l'abbaye de Pfäfers). Les droits d'avouerie y étaient fief d'Empire depuis 1161. Les Habsbourg, qui les détenaient (sans la basse justice) vers 1306, les remirent en gage aux seigneurs de Ramstein, probablement après 1315. Ceux-ci les inféodèrent en 1342, avec la haute justice, à Niklaus von Hertenstein. Les redevances afférentes furent affermées aux gens de W. en 1368-1370. En 1380, les Hertenstein vendirent les droits d'avouerie à Lucerne, qui acquit en même temps les droits féodaux des Ramstein. Relevant encore du bailliage de Neu-Habsbourg vers 1306, W. devint en 1380 le premier bailliage lucernois. Le premier bailli est mentionné en 1392. Cependant, W. resta attaché aux anciennes pratiques et tenta à plusieurs reprises de refuser la prestation de serment devant le Conseil de Lucerne (affaire de W. en 1380). W. contesta en outre le droit de Lucerne à revendiquer la suzeraineté, en invoquant sa participation aux pactes fédéraux de 1332 et 1359 (dans ce dernier, W. est explicitement mentionné comme membre de la Confédération). W., Vitznau et Gersau cherchèrent à obtenir un statut de cantons indépendants, en s'appuyant sur Schwytz avec qui il existait des liens (bourgeois forains, entraide militaire). En 1433 et 1472, grâce à des arbitrages de la Confédération, Lucerne imposa sa suzeraineté, ce qui n'empêcha pas le bailliage de conserver longtemps encore des privilèges fondés sur des ambivalences juridiques. Ce n'est qu'en 1535 et 1588 que W. se déclara pays sujet. Le coutumier fut mis par écrit en 1588 et 1612. En tant que petit bailliage, W. était administré par un bailli issu du Grand Conseil. En 1653, il reçut une bannière et des franchises en récompense de sa fidélité au gouvernement lucernois lors de la guerre des Paysans.


Sources imprimées
SDS LU, II/1
Bibliographie
– P.A. von Segesser, Rechtsgeschichte von Stadt und Kanton Luzern, 1, 1851, 353-407
– U. Thalmann, «Luzern - Schwyz», in MHVS, 83, 1991, 41-62

Auteur(e): Waltraud Hörsch / MBA