Emmetten

Comm. NW, constituée en 1850 sous sa forme moderne, et communauté scolaire indépendante dès 1877. Village-rue le long de la route cantonale Beckenried-Seelisberg, des deux côtés du passage dit de l'Egg, au bord du lac des Quatre-Cantons. Empnoten vers 1160. 378 hab. en 1743, 659 en 1850, 603 en 1860, 632 en 1880, 593 en 1900, 680 en 1950, 1184 en 2000. Habitat dispersé à l'origine. E. est mentionnée pour la première fois dans un terrier du couvent d'Engelberg. Avec Beckenried, la communauté d'E. (dite Ürte) se sépara de Buochs et d'Ennetbürgen en 1348, puis également de Beckenried en 1732. Une chapelle, filiale de l'église paroissiale de Buochs, apparaît en 1367 à E., qui, en fait, forme une paroisse indépendante depuis le conflit de séparation de 1454-1490 et, de jure, dès 1593. L'église Saint-Jacques fut édifiée en 1479, reconstruite en 1614-1615 à la suite d'un tremblement de terre et remplacée en 1932-1933. En 1710, on rebâtit l'ossuaire, qui contenait une Danse macabre, aujourd'hui dans la chapelle de la Sainte-Croix, élevée en 1791. Les registres baptismaux et mortuaires disparurent dans l'incendie de la cure en 1741.

E., aux vastes alpages de Niederbauen, Oberbauen et du Choltal, resta une commune essentiellement agricole jusque tard dans le XXe s., centrée sur la production laitière et l'élevage bovin. Les chalets du Choltal, classés monuments historiques en 1998, attestent de la production de fromage à pâte dure. L'industrie du bois était également une source de revenus. Au XIXe s., une tentative d'améliorer le niveau de vie de la population grâce au travail à domicile du tissage de la soie échoua. L'établissement thermal Schöneck, construit en 1863 et connu dès 1874 dans toute l'Europe pour ses cures d'eau froide, déclina dès la Première Guerre mondiale. Il fut transformé en séminaire de la Mission Bethléem Immensee après sa faillite en 1932 et démoli en 1983. Un poste de douane se trouvait jusqu'en 1850 sur le chemin muletier qui conduisait à Beroldingen (comm. Seelisberg). En 1880, on agrandit la route de Beckenried à E. Le funiculaire de Niederbauen date de 1913. Dans les années 1950, les investissements en faveur du tourisme arrêtèrent la forte émigration. Le domaine skiable et pédestre a été réuni à celui de Klewenalp (comm. Beckenried). En 2000, près des deux tiers des emplois dans la commune étaient offerts par le tertiaire, un sixième par le secondaire et un dixième par le primaire. Plus de la moitié de la population active d'E. était composée de navetteurs, travaillant surtout dans la région de Stans ou Lucerne.


Bibliographie
– H. Muster, Emmetten/Seelisberg, s.d.
MAH Unterwalden, 21971, 88-101
– K. Achermann, Ämättergeschichte, 1997
– T.K. Zimmermann, Schöneck, 1999

Auteur(e): Peter Steiner / ABI