Pfäffikon (SZ)

Localité de la comm. de Freienbach (SZ), distr. des Höfe, au bord du lac de Zurich. 965 Phaffinchova. 2582 hab. en 1960, 4950 en 1990, 5939 en 2000.

En 965, l'empereur Otton Ier fit don des droits fonciers à l'abbaye d'Einsiedeln qui fit bâtir, en bas du village, un entrepôt pour les revenus provenant de ses possessions dans la région du lac de Zurich. Sous l'abbé Anselm Ier von Schwanden (1233-1266), l'entrepôt fut transformé en tour, puis en place forte au XIVe s. En haut du village, la chapelle Saint-André fut consacrée en 1132; P. se détacha de la paroisse d'Ufenau en 1308 pour en former une nouvelle avec Freienbach.

Avec le château fort et le domaine du seigneur foncier ainsi que la maison de commune, P. était le centre politique et économique du Vorderer Hof (P., Freienbach, Hurden et Feusisberg) et ses habitants formaient une communauté. En 1440, l'avouerie passa à Schwytz. Pendant la guerre de Zurich, P. servit de point d'appui aux Confédérés contre Zurich. En 1451, l'alliance perpétuelle entre Lucerne, Schwytz, Zoug, Glaris et l'abbé de Saint-Gall fut conclue au château, en 1480 s'y déroula l'élection de l'abbé Konrad von Rechberg et, en 1516, la nomination d'Ulrich Zwingli comme curé d'Einsiedeln. Dès 1544, l'abbaye y plaça un moine comme administrateur; à la même époque, on agrandit le château fort et la chapelle castrale fut consacrée en 1568. Pendant le siège de Rapperswil durant la première guerre de Villmergen (1656), P. servit de point d'appui aux cantons catholiques. Après sa victoire dans la seconde guerre de Villmergen (1712), Zurich occupa le château jusqu'à ce que la paix de Baden (1714) attribue les deux Höfe à Schwytz. Le grenier construit en 1759, plus tard transformé en "château", fut utilisé par l'administration du couvent, avant d'être pillé et partiellement détruit par les Français en 1798.

Chef-lieu du district du même nom de 1803 à 1848, P. entra dans les années 1820 dans l'ère industrielle avec un atelier de tissage de la soie qui fut exploité jusqu'en 1940. Plusieurs lignes de chemin de fer construites entre 1875 et 1891 apportèrent un nouvel essor sous la forme d'industries, notamment une fabrique de pierre artificielle (1898), la Schweizerische Weberei-Apparate-Fabrik AG (1918, plus tard Verwo AG) et une fabrique de ressorts (1938). Le couvent d'Einsiedeln ouvrit en 1925 une école d'agriculture. Erigé en rectorat en 1965, P. fit élever l'église Saint-Meinrad; en 1967, la paroisse des Höfe inaugura sa maison de paroisse. Dans le cadre de la réorganisation de l'instruction publique, le canton centralisa à P. l'école professionnelle (1969), l'école normale (Unterseminar, 1971), l'école cantonale (1975) et reprit l'école d'agriculture (1992). P. devint un centre régional offrant des activités du tertiaire (centre commercial et culturel, parc aquatique Alpamare, casino). La restauration du château (1986-1988) et l'achat, par la corporation (commune bourgeoise) de P., de la surface occupée par la fabrique de pierre artificielle (1994) ont permis la revalorisation de la partie inférieure du village. La construction et le développement du trafic routier contrastent avec la réserve naturelle du bord du lac et les prairies et forêts sur le versant nord de l'Etzel.


Fonds d'archives
– ACouvent Einsiedeln
Bibliographie
– R. Henggeler, 965 Phaffinchova - Pfäffikon 1965, 1965
Tausendjahrfeier Pfäffikon SZ, 965-1965, 1965
Schloss Pfäffikon, 1988
75 Jahre Landwirtschaftliche Schule Pfäffikon, 2000
– H. Stadler-Planzer, Die Korporation Pfäffikon SZ, 2008

Auteur(e): Paul Wyrsch / FP