Iberg (SZ)

Ancienne comm. SZ, distr. de Schwytz, divisée en 1884 en Oberiberg et Unteriberg. 1397 Yberg. 1642 hab. en 1850, 2096 en 1880. Par la suite, le nom désigne la région située entre l'Ibergeregg et le lac de la Sihl, circonscrite dans la charte de donation de l'empereur Henri II à l'abbaye d'Einsiedeln (1018). Lors du conflit de la Marche qui opposa Schwytz à l'abbaye d'Einsiedeln (Marchenstreit), I. fit partie des territoires disputés, mais fut finalement attribué à Schwytz (accord de 1350). Durant des siècles, l'élevage fut presque la seule source de revenus, avec le bûcheronnage: du XVIe s. au début du XIXe s., l'abattage de forêts entières fournit du bois pour Zurich. Une scie est mentionnée dès 1640. Du minerai de fer fut brièvement exploité vers 1600. Des tentatives pour installer une verrerie (XVIIe s.) et un projet de saline (vers 1720) échouèrent. L'industrie textile à domicile offrit des gains accessoires dans la seconde moitié du XIXe s. Le tourisme hivernal connut un essor important dans les dernières décennies du XXe s.: depuis 1970, on skie à Hoch-Ybrig et à l'Ibergeregg (domaine skiable des Mythen). Au début du XXIe s., la région se tourne vers Einsiedeln et le lac de Zurich.


Fonds d'archives
– StASZ
Bibliographie
– A. Dettling, «Die grossen Waldniederlegungen in Iberg und die Holzlieferungen an den Stand Zürich vom Ende des XVI. bis zu Anfang des XIX. Jh.», in MHVS, 8, 1895, 41-86

Auteur(e): Erwin Horat / PM