Unteriberg

Comm. SZ, distr. de Schwytz, née en 1884 de la séparation d'Iberg en deux comm., Oberiberg et U., comprenant U., Studen et Waag. 1397 Yberg. 1400 hab. en 1888, 1414 en 1900, 1213 en 1950, 2220 en 2000. L'église Saint-Joseph fut consacrée en 1873 et restaurée entre 1980 et 1991. U. constitue une paroisse depuis 1885. Le patrimoine sacré compte aussi de nombreuses chapelles: Sainte-Marie-Madeleine à Ochsenboden (1606), Sainte-Odile (1758), Syti et Boden (milieu du XIXe s.), Hirsch (1907). Pendant des siècles, les habitants vécurent de l'agriculture et de la sylviculture. En 2005, le secteur primaire fournissait encore 21% des emplois. U. était au début du XXe s. une station climatique, devenue au XXIe s. une station de sports d'hiver, à l'origine d'une intense activité de construction. La première route vers Einsiedeln fut aménagée entre 1855 et 1859, une diligence mise en service en 1867, remplacée par un autobus en 1923. En 1906 et 1910, la vallée de Waag fut inondée et en 1921 un incendie ravagea U. Le premier bâtiment scolaire date de 1875 (reconstruit en 1971). Il existe une école secondaire et réale d'importance régionale depuis 1971 (nouveau bâtiment en 1992). En 2004 a été ouvert le home pour personnes âgées d'Yberg, géré par Oberiberg et U.


Fonds d'archives
– Landes- und Volkskunde, StASZ
Bibliographie
Unteriberg 1884-1984, [1984]
– K. Kälin, «Unteriberg: Die konservativste Gemeinde der Schweiz», in MHVS, 100, 2008, 156-159

Auteur(e): Erwin Horat / FP