Rankweil

Comm. autrichienne, distr. de Feldkirch, Vorarlberg. 817 Vinomna, dès 842 également Rangwila. Env. 1400 hab. en 1754, 2410 en 1869, 3923 en 1910, 6451 en 1961, 10 527 en 1991, 11 199 en 2001. Le village, situé dans une vallée fertile, était le siège d'un tribunal pour la Rhétie (légende de saint Fridolin) qui, à partir de 1354, en tant que juridiction impériale, revendiqua une compétence sur les Grisons, Saint-Gall et Appenzell et tenta partiellement de l'imposer jusqu'au XVe s. D'après les chroniques, le tribunal devait être composé de nobles en provenance de toute la Rhétie; par la suite, les juges furent choisis parmi les hommes libres de R. La chancellerie rédigea des actes selon l'usage rhétique jusqu'en 1208, mais avec la fondation de Feldkirch, le droit des Alamans et la langue allemande prirent peu à peu le pas sur le romanche. R. appartint aux comtes de Bregenz, puis à ceux de Montfort, avant d'être acheté par l'Autriche en 1375. L'église Saint-Pierre resta sous le patronage du couvent de Kreuzlingen de 1238 au XIXe s. Les couvents de Pfäfers, de Saint-Lucius à Coire, de Schänis, de Saint-Gérold et, dans une certaine mesure, de Saint-Gall y disposaient également de biens. En 1405, R. adhéra à la Ligue du Lac. Vers 1300, une église, régulièrement fréquentée par des pèlerins de Suisse, fut bâtie sur le Frauenberg et à proximité de R. fut fondé le couvent des clarisses de Valduna, supprimé en 1782. L'installation d'un séminaire pour l'évêché de Coire fut envisagée en 1781. Avec son marché (confirmé en 1618), R. demeure au début du XXIe s. le chef-lieu de la région Vorderland (Vorarlberg). Le marché au bétail, fréquenté par de nombreux acheteurs suisses, ne joue plus, depuis le début des années 1960, qu'un rôle marginal. Au XVIIIe s., le tissage du coton à domicile pour le compte de commanditaires suisses fut introduit depuis Saint-Gall; la broderie suivit au XIXe s. En 1919, R. vota avec plus de 90% des voix pour son rattachement à la Suisse.


Bibliographie
– J. Bösch, éd., Heimat Rankweil, 1967

Auteur(e): Karl Heinz Burmeister / OME