Morschach

Comm. SZ, distr. de Schwytz, comprenant également la station de sports d'été et d'hiver de Stoos. Le village de M. est situé sur une ancienne moraine dominant le lac des Quatre-Cantons. 1261 Morsacho. 462 hab. en 1850, 518 en 1900, 587 en 1950, 958 en 2000. M. faisait partie du quartier de Nidwässer de l'Ancien Pays de Schwytz. Un témoin du bas Moyen Age est l'ancienne maison en bois de Hintere Tannen (1318), construite sur le chemin de M. à Sisikon. Au Moyen Age déjà, la liaison avec Schwytz se faisait par les hauteurs de Schwyzerhöhe. Du lieudit Ort, débarcadère sur le lac d'Uri, on atteint M. par un ancien chemin jadis utilisé pour l'approvisionnement du village. La première église remonte au IXe s. L'actuelle église paroissiale dédiée à saint Gall (construite en 1509, transformée en édifice baroque en 1718-1720) constitue, avec l'ossuaire, les arcades et la cure du XVIIe s., le noyau de la localité. Les chapelles Saint-Nicolas (lieudit Chämlezen) et Saint-François-Xavier furent érigées au XVIIe s., celle des prêtres pallottins en 1938-1939. M. se détacha de la grande paroisse de Schwytz en 1302 et la vallée de Riemenstalden fut constituée en paroisse en 1804. Depuis 1866, après la construction de l'Axenstrasse, M. est relié à Brunnen par la route. De 1905 à 1969, un chemin de fer à crémaillère fonctionna sur le tracé Brunnen-M.-Axenstein. Ces deux voies de communication permettaient de relier le Grand Hotel Axenstein et le Palace Hotel Axenfels (construits vers 1880, auj. fermés) à la ligne du Gothard. Si le tourisme a connu une forte récession à la fin de la Belle Epoque, il a repris en 1996 avec l'ouverture du centre de loisirs et de bien-être Swiss Holiday Park. Le séminaire franciscain et centre de formation Mattli ainsi que la maison des pallottins constituent d'autres pourvoyeurs d'emploi. En 2005, les services offrent 84% des places de travail; les terres agricoles, forêts et pâturages d'altitude 13%.


Bibliographie
– G. Descœudres, «Die Ausgrabungen in der Pfarrkirche St. Gallus in Morschach», in MHVS, 78, 1986, 189-246

Auteur(e): Josef Wiget / VW