09/03/2015 | communication | PDF | imprimer

Illgau

Comm. SZ, distr. de Schwytz, divisée en trois fractions (I., Vorder Oberberg et Hinter Oberberg) et comprenant un village qui se presse autour de l'église, ainsi que des fermes isolées qui, jusqu'à 1300 m, sont habitées toute l'année. 1370 Ilgoe. 246 hab. en 1850, 270 en 1900, 390 en 1950, 633 en 1990, 721 en 2000. Le site de Balmis, connu par l'archéologie, était probablement habité toute l'année aux XIe-XIVe s. Ce que l'on appelle les "huttes païennes" sont les vestiges d'habitats alpins. Mentionné en 1370 comme filiale de Muotathal, I. ne s'en détacha pour être érigé en paroisse qu'en 1676, bien qu'un premier curé soit attesté en 1393. Outre l'église mentionnée en 1600, refaite en 1708 et 1958, on trouve les chapelles de Wart (1734, rebâtie en 1805) et de Gründel (probablement du baroque tardif, transformée en 1855). I. fut occupé par les troupes françaises en 1799 et par les troupes fédérales en 1847. Le petit artisanat et l'élevage prédominent. Le nombre des navetteurs (env. 200 en 2000), travaillant à Schwytz, a augmenté depuis que la liaison routière est assurée en hiver (1973). Le réseau de sentiers pédestres, la maison de repos Sankt Karl à Oberberg (1942), les téléphériques Ried-I. (1953) et I.-Vorder Oberberg (1955), permettant de rallier le Hoch-Ybrig, ont favorisé l'essor du tourisme. Les villageois cultivent la musique populaire. La commune compte quelques grottes (Lauiloch).


Bibliographie
– E. Britschgi, Illgauer Chronik 1303-1948, 1949
– J. Obrecht, «"Balmli", Illgau 1987/1994. Archäologische Untersuchung eines mittelalterlichen Gehöfts», in Heidenhüttli, 1988, 140-173

Auteur(e): Erwin Horat / PV