• <b>Pellegrino Rossi</b><br>Lithographie d'après un portrait réalisé vers 1830 par  Amélie Munier-Romilly (Bibliothèque de Genève, Archives A. & G. Zimmermann).

No 15

Rossi, Pellegrino

naissance 3.7.1787 à Carrare, décès 15.11.1848 à Rome, cath., Italien, de Genève (1820), puis Français (1838). Fils de Dominique et de Marie Bernacca ∞ 1820 Jeanne-Charlotte Melly, fille d'Henry, horloger. Ecoles à Correggio (Emilie-Romagne), études de droit à Pise et à Bologne (doctorat en 1806). Avocat à Bologne (1809). Professeur de procédure civile, puis de droit pénal et de procédure pénale à l'université de Bologne (1814). Commissaire général civil du roi de Naples Joachim Murat, R. dut fuir Bologne devant les Autrichiens en 1815 et se réfugia définitivement à Genève en 1816. Nommé professeur de droit romain et de droit criminel à l'académie de Genève en 1819, il en fut le premier professeur catholique. Il y enseigna aussi le droit constitutionnel (1826) et l'économie politique (1827). Cofondateur avec Etienne Dumont et Jean Charles Léonard Simonde de Sismondi des Annales de législation et de jurisprudence (1820-1822, Annales de législation et d'économie politique dès 1823). Membre du Conseil représentatif genevois (dès 1820, réélu en 1831).

<b>Pellegrino Rossi</b><br>Lithographie d'après un portrait réalisé vers 1830 par  Amélie Munier-Romilly (Bibliothèque de Genève, Archives A. & G. Zimmermann).<BR/>
Lithographie d'après un portrait réalisé vers 1830 par Amélie Munier-Romilly (Bibliothèque de Genève, Archives A. & G. Zimmermann).
(...)

Délégué de Genève à la Diète fédérale en 1832, R. fut le rapporteur de la commission chargée de la révision du Pacte fédéral de 1815; il publia à ce titre le "projet d'Acte fédéral", qui prit le nom de Pacte Rossi. L'échec de ce projet, autant que des difficultés financières, le déterminèrent à démissionner de toutes ses fonctions en Suisse et à accepter la chaire d'économie politique au Collège de France (1833). Professeur de la nouvelle chaire de droit constitutionnel à la faculté de droit de Paris (1834). Elu membre de l'Académie des sciences morales et politiques (1836). Pair de France (1839). Nommé ministre plénipotentiaire auprès du pape Grégoire XVI, R. fut chargé de négocier la dispersion des jésuites de France (1845); le succès de sa mission lui valut l'anoblissement par Louis-Philippe et la nomination au poste d'ambassadeur de France auprès du Saint-Siège (1846). Avec la chute de la monarchie de Juillet, il fut destitué de toutes ses fonctions (1848). A la demande du pape Pie IX, R. accepta à la mi-septembre 1848 de former le gouvernement pontifical, dont il devint le ministre de l'Intérieur et des Finances ad interim. Deux mois plus tard, il fut assassiné dans le palais de la chancellerie apostolique par un républicain.

Foncièrement éclectique dans sa pensée comme dans son œuvre, R. se fit, en théorie du droit, le propagateur des thèses de l'école historique de Friedrich Carl von Savigny dans le respect de celles de l'école de l'exégèse; en droit pénal, le conciliateur de l'utilitarisme de Jeremy Bentham et du spiritualisme classique; en droit public, le défenseur des libertés fondamentales et le censeur des thèses contractualistes de l'école du droit naturel moderne; enfin, en droit constitutionnel suisse, le protagoniste d'un libéralisme modéré prônant le "progrès graduel" et le partisan résolu d'un renforcement des institutions fédérales. En économie politique, où il assura la diffusion des théories de l'école classique anglaise, R. développa un libéralisme plus soucieux de la production que de la répartition des richesses et apparaît comme l'un des premiers théoriciens de la croissance capitaliste. En théorie politique il défendit par contre une conception quasi métaphysique de la finalité de l'Etat ce qui ne l'empêcha pas de soutenir le suffrage capacitaire et la monarchie constitutionnelle.


Oeuvres
Traité de droit pénal, 3 t., 1829
Cours d'économie politique, 4 t., 1840-1854
Mélanges d'économie politique, d'hist. et de philosophie, 2 vol., 1857
– A. Dufour, éd., Cours d'hist. suisse, 2000
Bibliographie
Des libertés et des peines, 1980
– A. Dufour, Hommage à Pellegrino Rossi (1787-1848), Genevois et Suisse à vocation européenne, 1998
– A. Dufour, «Pellegrino Rossi, 1787-1848», in Citoyens de Genève, citoyens suisses, 1998, 27-35
– L. Lacchè, éd., Un liberale europeo: Pellegrino Rossi (1787-1848), 2001

Auteur(e): Alfred Dufour