Reichenburg

Comm. SZ, distr. de la Marche, dont le territoire s'étend des limites sud de la plaine de la Linth (411 m) jusqu'au sommet de l'Austock (1489 m) et jouxte les cantons de Saint-Gall et Glaris. L'ancien village-rue s'est étendu au XXe s. en direction du canal de la Linth. 1300 Richenburg. 967 hab. en 1850, 911 en 1900, 1318 en 1950, 2787 en 2000. Documenté en 1300 comme château fort, le domaine de R. appartenait alors partie à Hartmann, mayor (Meier) de Windegg, partie à l'abbaye d'Einsiedeln. Les biens du premier passèrent à la seconde en 1370 et R. resta possession du couvent jusqu'en 1814. Depuis lors, R. fait partie du district de la Marche. Dès 1463 au plus tard, puis en 1473, en exécution de la donation de l'empereur Sigismond (1415), Schwytz revendiqua la haute justice sur R., Einsiedeln conservant la basse justice; le bâtiment de l'auberge Zum alten Raben, détruit en 1973, servait probablement de maison pour le représentant de l'abbaye. En 1831, R. reçut des droits identiques à ceux des huit autres communes de la Marche. Au spirituel, R. fut séparée en 1498 de la paroisse mère de Tuggen; l'église paroissiale Saint-Laurent fut consacrée en 1500, un ossuaire construit en 1600 (auj. chapelle de la Paix); une nouvelle église fut bâtie en 1884-1885 sur la colline du château. Il y avait encore à R. deux corporations au début du XXIe s.: l'une regroupait onze familles (jusqu'en 2007), avait en 2009 321 membres et possédait 321 ha de forêts, l'autre, comprenant exclusivement jusqu'en 2007 la famille Kistler, comptait 191 membres et possédait 129 ha d'alpages. Outre de petites entreprises artisanales et industrielles, R. fut le siège de 1979 à 2006 de la fabrique de papier hygiénique Hakle SA, seule industrie d'une certaine envergure. Des entreprises plus anciennes (scieries, fabriques d'ouate, de tapis et de planches de coffrage) déménagèrent dans le courant du XXe s. ou durent fermer. En 2008, le secteur primaire offrait encore 16% des emplois, le secondaire et le tertiaire chacun 42%. Le village dispose d'une gare sur la ligne Zurich-Coire depuis 1875, d'un raccordement à l'autoroute A3 depuis 1973.


Bibliographie
MAH SZ, NS, 2, 1989, 305-333
– B. Glaus, Reichenburgs Ablösung vom Kloster Einsiedeln 1798-1833, 2000
– B. Glaus, Reichenburg und die March während der Mediation, 2003

Auteur(e): Kaspar Michel père / DVU