Annecy (ville)

Chef-lieu du dép. de Haute-Savoie (F), cœur d'une agglomération dépassant 125 000 hab. Habitat dès l'âge du Bronze (3058-870 av. J.-C.) avec les villages lacustres de la rade. Du début du Ier s. à 406, le vicus gallo-romain de Boutae prospère, dans la plaine des Fins, sur le cône de déjection du Fier qui reçoit, en aval, le Thiou, émissaire du lac d'A. En 879, une villa royale (Anericiacum) est mentionnée sur la colline d'A.-le-Vieux. Du Moyen Age à la Réforme, le destin d'A. est étroitement lié à l'histoire de Genève. Vers l'an mille naît, au pied du château bâti sur la butte dominant le lac, le bourg d'A.-le-Neuf qui deviendra le principal centre urbain du comté de Genevois. Passée en 1401 aux Savoie, qui font du château, reconstruit, une puissante forteresse aux XIVe et XVe s., la cité est, de 1514 à 1659, la capitale de l'apanage des Genevois-Nemours, branche cadette de la famille ducale. Après 1536, le repli de l'évêque de Genève à A. infuse un sang nouveau à la ville ( Annecy (diocèse)e s., un âge d'or humaniste avec François de Sales, le président du Sénat Antoine Favre et son fils le grammairien Claude Favre de Vaugelas. Centre administratif de la province du Genevois jusqu'en 1792, A. connaît, sous la Révolution, un démarrage industriel qui se poursuit de 1815 à 1860, autour de la métallurgie et du coton.

Après l'annexion de la Savoie à la France en 1860, la grande zone franche, qui place hors du territoire douanier les trois quarts du nouveau département de la Haute-Savoie, prive A. d'une grande partie de son arrière-pays, inaugurant une ère de stagnation démographique. L'essor reprend avant la Première Guerre mondiale grâce à des pionniers locaux qui équipent le Fier de centrales hydroélectriques alimentant des industries. Après 1918, la suppression de la zone permet une expansion qui culmine dans les "trente glorieuses" (1945-1975). Avec ses industries performantes, A. est une station touristique et un centre administratif et culturel.


Bibliographie
– P. Guichonnet et al., Hist. d'Annecy, 1987

Auteur(e): Paul Guichonnet