Doubs (rivière)

Affluent de la Saône prenant sa source près de Mouthe (département français du Doubs), de 430 km de longueur, faisant frontière sur 43,8 km entre la France et la Suisse (des Brenets à Clairbief, au nord-est de Goumois); de là, le D. contourne en une vaste boucle de 30,3 km le massif du Clos du Doubs, puis quitte la Suisse à La Motte. La frontière a été fixée au milieu du cours d'eau en 1824, alors qu'auparavant elle passait d'une rive à l'autre (délimitation Neuchâtel-Franche-Comté dès 1524). Ponts à Goumois, Soubey et Saint-Ursanne. Meuniers et scieurs tirèrent profit de la force hydraulique. Les forges de Chercenay (commune de Soubey) et Bellefontaine (commune de Clos du Doubs) furent construites en 1564, trois ans après celles d'Ocourt. Des verreries furent en activité à Lobschez (1659-1697), à Biaufond (1747-1790) et sur territoire français. Le flottage du bois fut pratiqué, surtout après qu'un règlement de 1836 eut autorisé l'exportation. Cinq usines électriques furent construites entre 1892 et 1907. Classée réserve naturelle en 1974, la pittoresque vallée du D. (cascade du Saut-du-Doubs, canyons) a aujourd'hui une vocation touristique (pêche et canoë).


Bibliographie
– G.J. Michel, «Familles verrières et verreries dans la principauté de Porrentruy aux XVIIe et XVIIIe s.», in Actes SJE, 1985, 51-83
– J. Courvoisier, «La formation du territoire neuchâtelois», in La formation territoriale des cantons romands, 1989, 41-51
Le canton du Jura de A à Z, 1991, 109-110

Auteur(e): Claude Rebetez