22/05/2007 | communication | PDF | imprimer

Freienbach

L'édition imprimée de cet article comporte des images. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. SZ, distr. des Höfe, comprenant les cinq villages de F., Pfäffikon, Wilen, Bäch et Hurden, ainsi que les deux îles de Lützelau et Ufenau (Ufnau). 972 Friginbach. Le territoire communal s'étend du lac de Zurich (406 m) à l'Etzel (1'098 m). 1198 hab. en 1743, 2058 en 1850, 2270 en 1900, 3950 en 1950, 8429 en 1970, 13 055 en 2000. Un site lacustre (vers 2750 av. J.-C.), découvert en 1935, a livré ensuite un riche mobilier (haches en pierre, pointes de flèche, fragments de céramique, éclats de silex). En 965, l'empereur Otton Ier fit don des droits fonciers à l'abbaye d'Einsiedeln, qui érigea une tour à Pfäffikon vers 1250. Au spirituel, F. fit partie d'Ufenau, puis fut érigé en paroisse en 1308. La chapelle de Pfäffikon fut consacrée en 1132, celle de F. en 1150; l'actuelle église paroissiale Saint-Adalrich date de 1672-1674. Le village de F. fut incendié en 1443, durant la guerre de Zurich, lors d'une bataille qui permit aux Confédérés de déloger les Autrichiens et les Zurichois. En 1762, l'abbaye d'Einsiedeln fit ériger sur son domaine viticole la maison Leutschen, superbe édifice avec caves et pressoir. Administrativement, F., Pfäffikon et Hurden faisaient partie du Vorderer Hof (Pfäffikon), Bäch et Wilen, du Hinterer Hof (Wollerau). Les villageois étaient regroupés en une corporation qui administrait les biens communaux (pâturages, forêts, vignes et carrières de grès). La Constitution cantonale de 1848 réunit les deux Hof dans le district des Höfe et amena la création, dans le cadre de la paroisse, de la commune politique (siège à Pfäffikon).

Au XVIIIe s., seul le village de Bäch, qui abritait une souste, le grenier à sel et une papeterie, ne se vouait pas entièrement à l'agriculture. L'industrie textile s'implanta à Bäch et Pfäffikon dans les années 1820. L'arrivée du chemin de fer (ligne de la rive gauche du lac en 1875, liaison Pfäffikon-Rapperswil par la nouvelle digue en 1878, ligne pour Arth-Goldau en 1891) stimula l'hôtellerie et les arts et métiers. Le district créa en 1923 un centre scolaire, destiné aussi aux grands élèves des villages environnants. Au début des années 1970, le canton construisit l'école spéciale pour les districts de la Marche, d'Einsiedeln et des Höfe. L'ouverture de l'autoroute A3 en direction de Zurich en 1968 entraîna un développement très rapide, notamment à Pfäffikon. F. devint une commune résidentielle et industrielle, attirant par son faible niveau d'imposition de nombreux habitants aisés, et un nœud de communication de l'agglomération zurichoise. Néanmoins, en dépit des nouveaux quartiers et du trafic intense, la commune a conservé une allure campagnarde, grâce à un habitat assez dispersé, entrecoupé de prairies, de champs, de vignobles et de forêts; elle possède une importante réserve naturelle au bord du lac (Frauenwinkel).


Bibliographie
– R. Henggeler, Die Geschichte der Korporation Freienbach, 1959
– A. Suter, Freienbach-Bäch 972-1972, 1972
– U. Schelbert, Bevölkerungsgeschichte der Schwyzer Pfarreien Freienbach und Wollerau im 18. Jahrhundert, 1989

Auteur(e): Paul Wyrsch / TCH