Triesen

Comm. FL comprenant le village sur les pentes du Rätikon et plusieurs alpages. 1155 Trisun. 281 hab. en 1584, 612 en 1812, 1147 en 1930, 2129 en 1962, 4381 en 2000. Vestiges d'établissement de l'âge du Bronze dans le Niggabünt, traces d'habitat de l'âge du Fer et fondations de villae romaines en divers endroits du territoire communal. A Sankt Mamerten, on a découvert une nécropole du haut Moyen Age et les restes d'une forteresse construite aux XIIe/XIIIe s., détruite en 1446 lors de la guerre de Zurich. Dès le XIIIe s., des familles de petite noblesse (Richenstein, Trisun, Gutenberg, Roner, Bach, Schiel, Quader) et les donzels Vaistli s'établirent à T. Les couvents de Saint-Lucius de Coire, de Pfäfers et de Weingarten, le seigneur de T. et l'évêque de Coire avaient des fiefs à T., qui passèrent progressivement aux mains de la communauté villageoise. Mais le fief princier de Bad Vogelsang ne fut acquis par T. qu'en 1919. Saint-Mamert (mention en 1415) servit d'abord vraisemblablement d'église paroissiale; elle est chapelle en 1494. La paroissiale Saint-Gall, bâtie en 1455, fut remplacée (1841-1845) par un bâtiment rénové en 1992-1993. Le patronage, détenu au départ par le comte (puis par le prince), passa à T. en 1863. La chapelle de Notre-Dame, attestée en 1415, appartenait à Saint-Lucius; celle de Saint-Wolfgang est mentionnée en 1520. Durant la guerre de Souabe (1499), une bataille mettant aux prises les Confédérés et la Ligue souabe se déroula au sud du village. Entre les XVe et XIXe s., T. fut fréquemment en conflit avec les communes voisines de Balzers, Triesenberg, Sevelen et Wartau, en raison de désaccords sur des pâturages, des démarcations, des digues sur le Rhin. Les dernières délimitations territoriales furent menées avec Triesenberg en 1810, avec Balzers en 1835. En 1720 et 1759, les autorités suisses et liechtensteinoises empêchèrent la construction d'un pont franchissant le Rhin; un projet de même nature ne connut pas davantage le succès en 1992-1993. T. vendit en 1853 les domaines qu'elle possédait sur la rive suisse du Rhin. L'artisanat se développa à T. à partir de 1850; des Suisses créèrent en 1863 la première entreprise industrielle, une fabrique de tissage. L'activité agricole se réduisit dès 1945, mais l'arrivée de nouveaux habitants provoqua l'essor du secteur de la construction. Au début du XXIe s. l'entreprise Swarovski constitue le plus grand employeur de la commune.


Bibliographie
– J. Büchel, Geschichte der Gemeinde Triesen, 3 vol., 1989
MAH FL, 2007, 99-162

Auteur(e): Arthur Brunhart / DVU