Petershausen

Consultez cet article sur le nouveau site web du DHS (version bȇta)

L'ancien couvent bénédictin de Constance, fondé peu avant 983 par l'évêque Gebhard II, était situé sur la rive droite du Rhin, en face du siège épiscopal. L'église conventuelle fut consacrée en 992 en l'honneur de Grégoire le Grand. Le premier abbé venait du couvent réformé d'Einsiedeln. En 1086, l'évêque Gebhard III ordonna abbé Theodor, le prieur de Hirsau, pour ouvrir le couvent aux nouvelles réformes. La canonisation de son fondateur, en 1134, conféra un réel prestige au monastère. La Vita S. Gebehardi fut écrite à cette occasion et une autre œuvre, le Casus monasterii Petrishusensis, fut rédigée au couvent entre 1134 et 1156. Celui-ci fut reconstruit après un incendie survenu en 1159 et la nouvelle église, bâtie dès 1162, fut consacrée en 1180. Aux XIe et XIIe s., les couvents de Mehrerau près de Bregenz dans le Vorarlberg, de Kastl en Bavière, de Neresheim dans le Wurtemberg, de Wagenhausen et de Fischingen furent occupés par des moines venus de P. Ce couvent épiscopal acquit le statut d'abbaye impériale en 1214. Pendant le concile de Constance, en 1417, le chapitre de la province bénédictine de Mayence-Bamberg siégea à P. Lorsque le Conseil de la ville introduisit la Réforme, l'abbé dut quitter le couvent, en 1528, de même que les moines, en 1530; ces derniers purent y retourner en 1556. Le couvent de Stein am Rhein fut provisoirement incorporé à l'abbaye en 1581; la mesure fut confirmée à titre définitif par la curie romaine en 1597. P. fut sécularisé en 1802 et les bâtiments remis au margrave de Bade, qui en fit sa résidence. De l'église conventuelle, démolie en 1832, seul subsiste le portail sculpté. Depuis 1992, les bâtiments abritent une annexe du Musée archéologique du Bade-Wurtemberg.


Fonds d'archives
– Generallandesarchiv, Karlsruhe
Bibliographie
– I.J. Miscoll-Reckert, Kloster Petershausen als bischöflich-konstanzisches Eigenkloster, 1973
– F. Quarthal, Die Benediktinerklöster in Baden-Württemberg, 1975, 484-502
HS, III/1, 966-979

Auteur(e): Helmut Maurer / UG