Lörrach

Chef-lieu du cercle du même nom dans le Land de Bade-Wurtemberg, L., la plus grande ville de la partie allemande de l'agglomération bâloise, se situe à la frontière suisse, dans le Wiesental. Au cours du XXe s., les villages de Stetten, Tumringen, Tüllingen, Haagen, Brombach et Hauingen ont été incorporés à la commune. 1102/1103 Lorach. 1995 hab. en 1650, 7390 en 1850, 19 240 en 1900, 31 830 en 1950, 43 970 en 1994, 45 540 en 2000. Tumulus néolithiques dans la forêt de Homburg, villa gallo-romaine à Brombach, présence alémane attestée dès le Ve s. (sépultures). Le château fort de Rötteln (Rothelin), près de L., était le centre de la seigneurie du même nom, qui resta indépendante de Bâle et passa en 1503 aux margraves de Bade. Bâle joua un rôle majeur dans l'introduction de la Réforme en 1556. Le château de Rötteln fut détruit en 1678 et L. accéda en 1682 au rang de ville, abritant le siège de l'administration du margraviat. Du fait de sa proximité avec la Suisse, L. devint en 1848 l'un des centres de la révolution dans le grand-duché de Bade. Le premier cimetière juif est mentionné vers 1670 et, en 1875, L. comptait 248 israélites; la déportation mit fin pour cinquante ans à la vie de la communauté juive. La population connut un rapide essor sous l'effet de l'industrialisation qui débuta au milieu du XVIIIe s. A la suite de l'adhésion du grand-duché au Zollverein en 1835, de nombreuses entreprises suisses s'établirent à L. pour s'implanter sur le marché allemand; les tissus imprimés, la production de chocolat (Suchard) et la construction de machines sont aujourd'hui encore des industries importantes. Le chemin de fer (1862), puis le tramway (1919-1967) ont amélioré les liaisons entre L. et Bâle qui est le lieu de travail de nombreux habitants de L. et joue un rôle culturel important. L. assume pour la région allemande environnante des fonctions de centre que Bâle ne peut pas remplir en raison de la frontière nationale.


Bibliographie
– A. Bloch, «Aus der Vergangenheit der Lörracher Juden», in Unser Lörrach, 10-12, 1979-1981
Lörrach, 1983

Auteur(e): Markus Moehring / LA