• <b>Spiringen</b><br>L'archange saint Michel, sous la forme d'un jeune chevalier, transperce le dragon de sa lance. Sculpture en bois de tilleul polychrome de la seconde moitié du XV<SUP>e</SUP> siècle provenant de la chapelle Saint-Michel (Musée national suisse). Au Moyen Age, les prêtres venaient fréquemment de villes du sud de l'Allemagne. Ils pourraient avoir joué un rôle dans la diffusion d'objets de culte de grande valeur dans les petites paroisses de la Suisse centrale.

Spiringen

Comm. UR, comprenant le village de S. dans le Schächental, sur la route du col du Klausen (versant ouest), des fermes dispersées au-dessus du village, ainsi que l'Urnerboden à l'est du col. 1275 Spiringen. Env. 476 hab. en 1687, 760 en 1799, 909 en 1850, 945 en 1900, 1050 en 1950, 963 en 2000. Le territoire fut colonisé par des Alamans au haut Moyen Age. Les défrichements étaient quasiment terminés vers 1300. Le Fraumünster de Zurich et d'autres abbayes possédaient quelques terres à S. au Moyen Age, mais de nombreuses parcelles étaient des alleux paysans. En 1290, les gens du Schächental fondèrent la chapelle Saint-Michel, dotée d'un bénéfice. Cette filiale de Bürglen fut érigée en paroisse en 1591; Unterschächen s'en sépara en 1687. L'église actuelle date de 1950-1951. La chapelle Notre-Dame-des-Sept-Douleurs à Getschwiler (1571) est un lieu de pèlerinage assez connu. S. était une communauté d'usagers du pays d'Uri, envoyant jusqu'en 1798 six représentants au Conseil des Soixante. La commune politique est dérivée de la paroisse. Les détenteurs des principales charges communales (comme le responsable de l'orphelinat et l'administrateur paroissial) formaient avec quelques conseillers les Vorgesetzte des Tals ou chefs de la vallée (1682). La céréaliculture fut complétée très tôt par l'économie alpestre, exploitant de vastes surfaces au-delà du col du Klausen, ce qui obligea en 1196 déjà à négocier avec Glaris à propos des limites communales. Les membres de l'élite paysanne participèrent à la vie politique cantonale dès le XIIIe s. Ils occupèrent, surtout à partir du XVIIe s., des charges de bailli et s'engagèrent au service étranger. La route du col du Klausen (1893-1899), divers transports par cable et un important réseau de routes d'alpages, terminé en 1988, favorisèrent le tourisme et permirent le développement d'un trafic pendulaire vers la vallée de la Reuss et ses emplois industriels. L'école secondaire d'arrondissement (comm. de S. et d'Unterschächen) vit le jour en 1974. La commune bourgeoise (corporation) céda ses terres en 1945. En 2005, l'agriculture fournissait encore 63% des emplois.

<b>Spiringen</b><br>L'archange saint Michel, sous la forme d'un jeune chevalier, transperce le dragon de sa lance. Sculpture en bois de tilleul polychrome de la seconde moitié du XV<SUP>e</SUP> siècle provenant de la chapelle Saint-Michel (Musée national suisse).<BR/>Au Moyen Age, les prêtres venaient fréquemment de villes du sud de l'Allemagne. Ils pourraient avoir joué un rôle dans la diffusion d'objets de culte de grande valeur dans les petites paroisses de la Suisse centrale.<BR/><BR/>
L'archange saint Michel, sous la forme d'un jeune chevalier, transperce le dragon de sa lance. Sculpture en bois de tilleul polychrome de la seconde moitié du XVe siècle provenant de la chapelle Saint-Michel (Musée national suisse).
(...)


Bibliographie
– H. Stadler, A. Herger, Spiringen, 1991

Auteur(e): Hans Stadler / ARI