Gamprin

Comm. FL, sur le Rhin (qui sert de frontière avec la Suisse) et sur le flanc occidental de l'Eschnerberg. Le territoire coïncide depuis 1874 avec celui de la paroisse de Bendern, autrefois plus étendue. 1150 Camporin. 292 hab. en 1784, 285 en 1806, 369 en 1852, 333 en 1930, 390 en 1950, 944 en 1989, 1159 en 2000.

Vestiges des âges de la Pierre, du Bronze et du Fer; important site archéologique à Lutzengüetle. Au Moyen Age et à l'époque moderne, le statut politique et ecclésiastique de G. était semblable à celui de Bendern. Incendié en 1499 par les Confédérés, le village subit la peste et des incursions militaires durant les Troubles des Grisons (1622-1637). Le plus ancien coutumier conservé (1643) définit les droits et devoirs des communiers quant à l'usage des pâturages et des forêts. Le partage des biens (prés, prairies humides, champs et forêts, 1761-1822) entre G., Eschen, Ruggell et Mauren dessina les limites communales. Exploité jusqu'en 1927, un moulin alimenté par le Rhin appartint jusqu'au milieu du XVIIIe s. aux seigneurs du lieu, puis à la commune. Le bac reliant Bendern à Haag releva des comtes de Werdenberg, puis de Glaris (1517-1798), et dès 1803 du canton de Saint-Gall; il fut abandonné après la construction d'un pont (1867-1868, refait en 1895-1896 et 1963-1965, soumis à péage, par intermittence, jusqu'en 1923). Un débordement du Rhin fit de gros dégâts en 1927. L'accord douanier de 1923 fit passer la proportion de résidents suisses de 2% en 1930 à 12% en 1989 (10% en 1998). Jusqu'au milieu du XXe s., l'agriculture et l'élevage occupèrent une place prédominante; puis le nombre d'exploitations diminua (61 en 1955, 16 en 1985). Avec l'installation d'industries et d'un artisanat diversifié, la structure de l'emploi se modifia. En 2000, G. offrait quelque 1500 emplois, dont trois cinquièmes dans le secteur secondaire. La commune possède les alpes de Rauz sur l'Arlberg et, avec Ruggell, de Fahren-Ziersch dans le Montafon.


Bibliographie
MAH FL, 1950, 240-241
– E. Schafhauser, «Der Rhein und seine Verkehrsstellung Gams-Haag -- Bendern-Eschen», in JbFL, 71, 1971, 113-143
– W. Büchel et al., Gamprin, 1988

Auteur(e): Arthur Brunhart / WW