Gaillard

Comm. frontalière française, dép. de la Haute-Savoie. 1026 hab. en 1848, 3580 en 1954, 10 013 en 1999. Le nom vient de Château-Gaillard, forteresse élevée en 1304 par Amédée II, comte de Genève. La bourgade, siège d'un mandement, fut dotée de foires et de marchés. G. fut au cœur des guerres féodales du XIVe s., assiégé par les Savoyards (1307) et les Faucignerans (1325). Le château fut démoli par les Genevois en 1536 et 1589 et le mandement, ou bailliage, fut occupé par les Bernois de 1536 à 1567. Le hameau, demeuré savoyard après la cession de son chef-lieu de Chêne-Thônex à la Suisse par le traité de Turin (1816), fut attribué à Ambilly, puis érigé en commune (1844) et en paroisse (1876). Commune frontalière typique, industrielle (meubles, usine Aspro) et maraîchère, dont un grand nombre d'habitants travaillent à Genève. G. a connu un rapide essor démographique.


Bibliographie
– R. Magnin et al., Gaillard, forteresse oubliée, 1977

Auteur(e): Paul Guichonnet