Sisikon

Comm. UR, située dans une baie du lac d'Uri qui ne fut accessible jusqu'en 1864 qu'à pied ou par bateau. 1173 Sisinchon. 80 hab. en 1698, 163 en 1798, 245 en 1850, 841 en 1880 (construction de la voie ferrée), 274 en 1900, 335 en 1950, 350 en 2000. Lorsque Louis le Germanique, en 853, offrit au Fraumünster de Zurich le pagellus Uroniae, il est probable que S. en faisait partie et qu'il était déjà habité. Aux XIIe et XIIIe s., son territoire appartenait à des nobles et à des couvents (au Fraumünster principalement). L'abbaye du Fraumünster y a peut-être fondé au XIIIe s. la chapelle Saint-Eloi (devenue Saint-Gilles au plus tard en 1491), filiale de la paroisse d'Altdorf. Elle fut érigée en paroisse en 1387, mais ses biens étaient insuffisants pour assurer une desserte continue. En 1968, la nouvelle église paroissiale Saint-Joseph a remplacé l'ancienne, dont seul le clocher a été conservé. Au sud du village se trouve la chapelle de Tell. La douceur du climat permet de faire pousser de la vigne et des châtaigniers. S. formait avec Flüelen une demi-communauté qui avait trois représentants au Grand Conseil. La correction du Riemenstaldnerbach date de 1854. D'autres travaux d'équipement ont suivi: Axenstrasse (1865), débarcadères pour les bateaux à vapeur de S. et Tellsplatte (1873), station sur la ligne du Gothard (1882), route carrossable menant à Riemenstalden (1912). Plusieurs hôtels et maisons furent construits entre 1865 et 1904; ils donnèrent pour la première fois un noyau à la localité. La séparation entre commune politique, bourgeoisie et paroisse s'est faite en 1909. Au cours de la première moitié du XXe s., de petites industries sont venues s'ajouter à l'industrie du bois.


Bibliographie
– W. Hauser, Sisikon, 1947
– H. Burckhardt, Sisikon, 1173-1973, 1973
MAH UR, 2, 1986, 1-60

Auteur(e): Hans Stadler / LA