Gailingen

Comm. du Land de Bade-Wurtemberg, cercle de Constance. Situé sur la rive droite du Rhin, G. est limitrophe du canton de Schaffhouse à l'ouest et à l'est et de la Thurgovie au sud. Les limites communales coïncident ainsi sur trois côtés avec la frontière nationale. 1087 Gielingen. 1841 hab. en 1871, 1800 en 1950, 2800 en 2001. Ce "bourg noble" (adeliger Flecken) fit partie jusqu'en 1806, dans l'organisation territoriale de l'Empire, du canton (subdivision d'un cercle) de Hegau-Allgäu-Bodensee. Néanmoins, de 1540 à 1798, la ville de Schaffhouse détint un tiers de la basse juridiction. Ober-G., dont les droits seigneuriaux et la basse justice appartenaient depuis 1282 au couvent dominicain de Sankt Katharinental près de Diessenhofen, avait un statut juridique particulier. De 1465 à la fin de 1805, la haute souveraineté sur G. appartint à la maison d'Autriche-Habsbourg puis, de 1806 à 1918, au grand-duc de Bade. Après la guerre de Trente Ans, quelques familles juives venant probablement de Suisse s'établirent à G. En 1734, la communauté juive comptait déjà dix-huit familles. La population de G., en 1858, se répartissait en 996 juifs et 982 chrétiens; il y eut un bourgmestre juif de 1870 à 1884, une école mixte judéo-chrétienne dès 1877 et une maison de retraite juive de 1898 à 1940, reprise par le cercle de Constance en 1950. G. entretenait d'étroites relations commerciales avec Diessenhofen et la Thurgovie. Deux cent dix juifs furent déportés en 1940 vers des camps de concentration. La structure intérieure et l'aspect de la localité ont profondément changé depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale (clinique neurologique, clinique de rééducation pour jeunes et adolescents). En 2003, un sixième de la population active travaillait en Suisse.


Bibliographie
Der Landkreis Konstanz, 3, 1979
– F. Götz, éd., Gailingen, 2003

Auteur(e): Franz Götz / LA