Büsingen

Comm. du Bade-Wurtemberg, arrondissement (Landkreis) de Constance. Enclave allemande dans le canton de Schaffhouse, sur la rive droite du Rhin. 1090 Bousinga. 755 hab. en 1871, 936 en 1950, 1500 (dont env. 240 Suisses) en 1993, 1438 en 2000.

Des tumulus (civilisations des Champs d'urnes, de Hallstatt et de La Tène) ont livré des tessons et des objets métalliques. Nécropole alémanique des VIe-VIIe s. Au-dessus de B., sur le Kirchberg, l'église Saint-Michel (1095 ecclesia ad Kirichberch) est l'un des plus anciens sanctuaires chrétiens de l'arrondissement de Constance. Sa paroisse engloba même Schaffhouse jusqu'au milieu du XIIIe s., avant d'en dépendre à son tour, puis d'appartenir de 1529 à 1843 à l'église réformée schaffhousoise. En 1090, le comte Burkhard de Nellenburg fit don de vastes biens qu'il possédait à B. au couvent d'Allerheiligen, fondé par son père à Schaffhouse. Les Klingenberg furent seigneurs de B. dès 1361. Avec l'accord de la maison d'Autriche, leur suzerain, ils donnèrent en gage au couvent de femmes de Sankt Katharinental près de Diessenhofen des droits d'usage et des redevances (1437), puis le bailliage (1446). Ce dernier, racheté en 1463 par Heinrich Barter, bourgmestre de Schaffhouse, passa en 1535, faute de descendance, à des bourgeois de la même ville, les Im Thurn, qui restèrent seigneurs de B. jusqu'au XIXe s., les Habsbourg se réservant la souveraineté et la justice criminelle. Quand Schaffhouse acheta à l'Autriche la juridiction sur la région du Reiath (1723), des divergences apparurent (affaire Imthurn ou de B.) et B. fut exclu du contrat. En 1770, l'Autriche ayant cédé à Zurich ses droits landgraviaux sur Ramsen et Dörflingen (qui passeront à Schaffhouse en 1798), B. se trouva enclavé en territoire helvétique. Plusieurs négociations en vue d'achat ou d'échange échouèrent. La ville de Schaffhouse a conservé jusqu'à ce jour quelque 62 hectares (dont 53 de forêts) sur le territoire communal. En 1805, B. échut au Wurtemberg, puis en 1810 au grand-duché de Bade. Après l'adhésion de ce dernier au Zollverein, la commune devint dès 1835 une enclave douanière, ce qui eut pour effet de l'orienter de plus en plus vers Schaffhouse sur le plan économique. La suppression de la douane suisse autour de l'enclave en 1947 signifia une annexion de fait à l'espace douanier suisse. Cette situation ne fut cependant reconnue juridiquement qu'à l'occasion du traité germano-suisse de 1964, entré en vigueur trois ans plus tard. La majeure partie de la population active de B. travaille à Schaffhouse.


Bibliographie
– F. Götz, Das Büsinger Vertragswerk, 1968
Der Landkreis Konstanz, 3, 1979
– F. Götz, A. Schiendorfer, G. Eiglsperger, 900 Jahre Büsingen, 1990
– U. Wolf, H. Lieb, Die Bergkirche Büsingen, 1993
Schaffhauser Magazin, 2001, n° 2

Auteur(e): Franz Götz / WW