Bresse

La B. historique (au VIIIe s. Brixia) s'étendait autrefois de l'Ain à la Saône, jusqu'aux portes de Lyon. De nos jours, elle ne comprend plus que le quart nord-ouest du département de l'Ain. L'occupation gallo-romaine, puis burgonde a laissé peu de traces (vicus de Brou, tombes du Revermont). Au Moyen Age, la plus grande partie appartenait aux sires de Bâgé (anciens comtes carolingiens ?), tandis que l'est, avec le Revermont, dépendait des sires de Coligny. En 1272, la B. passa à la maison de Savoie par le mariage d'Amédée V avec Sibylle de Bâgé, et Bourg-en-B. (charte de franchises dès 1251) devint capitale du nouveau comté. C'est dans cette ville qu'eut lieu en 1397 le duel opposant Gérard d'Estavayer à Othon de Grandson. C'est aussi dans la banlieue de Bourg, à la place d'un ancien prieuré bénédictin, que Marguerite d'Autriche fit élever le monastère de Brou pour recevoir les sépultures de son mari Philibert le Beau, de sa belle-mère Marguerite de Bourbon et la sienne (1505-1532). Occupée en 1536 par François Ier, la B. fut restituée à Emmanuel-Philibert au traité de Cateau-Cambrésis (1559). Conquise à nouveau par Henri IV, malgré la présence à Bourg de l'une des plus puissantes citadelles d'Europe, elle fut finalement échangée au traité de Lyon (1601) contre le marquisat de Saluces et rattachée définitivement à la France. La B. dépendit du diocèse de Lyon jusqu'à la Révolution, malgré la tentative de création d'un évêché à Bourg (1515-1535). Sur le plan économique, la B. était une région agricole riche; elle produisait des céréales en abondance, qui s'exportaient vers le Bugey et la Suisse. Elle était d'ailleurs bien située sur les routes de l'Italie et de Lyon à Genève. Après la Révolution, la B. forma un arrondissement et Bourg devint chef-lieu du département. Sa prospérité se maintint grâce à l'élevage (bovins et volaille renommée) et par la présence de voies ferrées importantes (Paris-Rome et Paris-Genève), ouvertes dès 1857. Depuis les années 1960, de nombreux ressortissants suisses ont acquis des fermes ou des manoirs bressans.


Bibliographie
– P. Cattin et al., Hist. de l'Ain, 4 vol., 1988-1991

Auteur(e): Paul Cattin