Seedorf (UR, commune)

Comm. UR au bord du lac d'Uri, sur la rive gauche de la Reuss, divisée dès le XIIIe s. en Oberdorf et Unterdorf, dont les bâtiments les plus importants sont l'abbaye et le petit château de la famille a Pro. 1254 Sedorf. 271 hab. (avec Bauen) en 1743, 202 (sans Bauen) en 1799, 420 en 1850, 596 en 1900, 642 en 1950, 1049 en 1970, 1509 en 2000. Au haut Moyen Age, les Alamans s'établirent à S., qui se développa probablement sous l'influence des Francs et connut un essor au XIIIe s. grâce au trafic du Gothard. La plus grande partie du village, appartenant à l'abbaye du Fraumünster de Zurich et à des nobles du landgraviat de Bourgogne, fut sans doute cédée à l'établissement des lazarites au XIIIe s. (couvent de bénédictines depuis 1559). La famille a Pro fit bâtir le petit château en 1556-1558 et institua un fidéicommis en 1578. Les débuts de la communauté remontent à environ 1400, lorsque des paroissiens rachetèrent les domaines de l'Eglise. Des villageois (Dorfleute) sont mentionnés en 1517. S. forma un consortage avec Attinghausen et délégua deux membres au Conseil des Soixante d'Uri. Les corrections de la Reuss (dès 1850) et du Palanggen (dès 1888), ainsi que d'importantes améliorations foncières durant la Deuxième Guerre mondiale augmentèrent les surfaces cultivables. Une première église, dédiée à saint Ulrich et sainte Vérène, fut érigée au XIIe ou au XIIIe s. Au plan spirituel, S. releva d'Altdorf jusqu'en 1591, puis forma une paroisse qui comprenait Isenthal jusqu'en 1621 et Bauen jusqu'en 1801. Depuis 2010, les trois localités forment une communauté pastorale. La Constitution cantonale de 1850 confirma le statut communal de S. La commune bourgeoise fut séparée en 1944, celle paroissiale en 1994. L'économie villageoise reposait surtout sur l'agriculture, complétée jusqu'à l'époque moderne par le trafic du col du Gothard, puis par le travail du bois. De nouvelles industries s'installèrent à S. à partir de 1900, une fabrique de machines y fut fondée en 1981. En 2005, l'industrie et le commerce représentaient 44% des emplois de la commune. A la fin des années 1960, plusieurs nouveaux quartiers résidentiels ont surgi le long de la Reuss et de la rive du lac après la construction de l'autoroute A2. Depuis 1972, S. abrite l'école d'arrondissement secondaire.


Bibliographie
– H. Stadler-Planzer et al., Seedorf, 1991

Auteur(e): Hans Stadler / FP