Arona

Comm. italienne, située sur la rive sud-ouest du lac Majeur (province de Novare). 14 489 hab. en 2001. Les premières traces d'occupation remontent au XIVe s. av. J.-C.; depuis le Ier s. apr. J.-C., A. fut une base militaire romaine. Forteresse du comté de Stazzona pendant le haut Moyen Age, A. dépendit de l'archevêque de Milan dès le XIe s., puis devint propriété des Visconti, qui l'inféodèrent à la famille Borromée (1439-1797). A partir du XVe s. déjà, A. devint tête de ligne du trafic lacustre avec la Suisse et poste de douane; le droit de marché est mentionné dès le XIIIe s. Le traité de paix entre les Confédérés et la France, qui consacra la domination d'Uri, Schwytz et Nidwald sur Bellinzone, fut signé à A. en 1503. L'abbaye bénédictine date de 979; l'église Sainte-Marie devint paroissiale en 1509. Le château, détruit en 1800, se trouvait sur l'éperon rocheux dominant la ville. Nœud ferroviaire reliant Gênes (1855) et Milan (1881) au Simplon, A. connut un modeste développement industriel dès la fin du XIXe s. Durant ces dernières décennies, cette petite ville est devenue surtout un centre touristique.


Bibliographie
– M. Bonazzi, Arona, 1981
– P. Frigerio, éd., Arona tra Medioevo ed età moderna, 1998

Auteur(e): Rodolfo Huber / LT