07/06/2013 | communication | PDF | imprimer | 

Schattdorf

L'édition imprimée de cet article comporte une image. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. UR, dans la vallée de la Reuss, à la confluence du Schächenbach et de la Reuss, qui comprend de nombreuses fermes isolées et s'étend depuis le village au fond de la vallée jusqu'au hameau du Haldi (1079 m). 1248 Sachdorf. 602 hab. en 1743, 650 en 1799, 628 en 1811, 822 en 1850, 1128 en 1900, 2217 en 1950, 4897 en 2000.

De la céramique et des monnaies des Ier-IIe s. apr. J.-C. laissent supposer une occupation à l'époque gallo-romaine. L'alémanisation commença au haut Moyen Age déjà et les défrichements étaient en bonne partie achevés vers 1300. Les comtes de Rapperswil possédaient à S. une tour et des biens-fonds étendus qu'Henri II offrit au couvent de Wettingen dont il était le fondateur. En 1359, ces biens passèrent au pays d'Uri et les serfs furent libérés. Outre des alleux paysans, de nombreuses censives du Fraumünster de Zurich sont attestées, administrées par la mayorie (Meieramt) de Bürglen. Les premiers mayors du Fraumünster, au XIIIe s., étaient originaires de S., tout comme les deux clans impliqués dans la guerre privée des Izzeli-Gruoba (1257-1258). Depuis le XVe s. jusqu'à son abolition en 1928, la landsgemeinde d'Uri se réunissait à Bötzlingen, sous la tour des Poudres.

Une tradition tardive fait de saint Sigisbert le fondateur d'une église à S. au début du VIIe s. Si les trois couches de sépultures du cimetière peuvent être l'indice d'une église ancienne, la première mention d'un édifice ne remonte qu'à 1270 (chapelle de l'Assomption possédant des biens en propre). Ce sanctuaire était une filiale de la paroisse de Bürglen, laquelle, avec la dîme et le droit de patronage, appartenait au Fraumünster. S. fut érigé en paroisse vers 1537; l'église, dédiée à la Sainte-Trinité et à saint Nicolas, fut construite de 1729 à 1733. Les paroissiens, en 1398, se firent confirmer par le curé leurs anciens droits et coutumes, en particulier le droit de justice qu'ils détenaient sur lui. En 1426, S. prit part au rachat de la dîme des agneaux et institua un registre fiscal. Au-dessus du village, un ermitage fut occupé du XVIe au XIXe s.

Le tracé des frontières communales entre S. et Bürglen fut fixé en 1576. La "maison de danse" (Tanzhaus), construite avant 1575, servait aux divertissements et aux assemblées de village. Une école avec maître laïque est mentionnée dans la première moitié du XVIIe s. S. formait avec Bürglen unter dem Gräblein et Erstfeld (rive droite de la Reuss) la quatrième communauté d'Uri, qui, jusqu'en 1798, pouvait envoyer trois députés au Conseil. Le Dorfbach, mentionné en 1525, actionnait des moulins et des scieries. L'installation de fabriques le long de ce cours d'eau dès le milieu du XIXe s. et l'industrialisation de la plaine de la Reuss donnèrent un essor durable à S., où s'établirent Landis & Gyr (1945-1950), Bally (1945-1995) et Dätwyler SA (caoutchoucs, depuis 1972). Parmi les autres employeurs importants figurent la Stiftung Behindertenbetriebe Uri (fondation pour des ateliers protégés) depuis 1976, le restoroute de l'A2 (Gothard) depuis 1980 et l'atelier de tri de vêtements usagés de Texaid depuis 1982. L'endiguement du Gangbach (1890-1897), du Schächenbach (1910-1914) et de la Reuss (1972-1976) a permis de parer aux risques permanents d'inondation. Les améliorations foncières effectuées dans la plaine de la Reuss, sur la rive droite, après la Première Guerre mondiale, profitèrent aux terres agricoles du Ried et de Rinächt. Des transports publics relient depuis 1951 S. à Altdorf et à la gare CFF de Flüelen. Le hameau du Haldi, accessible depuis 1922 par téléphérique et à partir des années 1970 par une route, est devenu un site touristique d'été et d'hiver. Une forte immigration (plan d'aménagement local de 1977) a fait de S. en 1980 la seconde commune du canton d'Uri par sa population. De nouveaux quartiers résidentiels se sont créés (principalement Gandrütti, Eirütti, Grund, Acherli). En 2005, le secteur secondaire offrait plus de 54% des emplois.


Bibliographie
– K. Gisler, Schattdorf, einst - heute, 1971
250 Jahre Pfarrkirche Schattdorf 1733-1983, 1983
– E. Herger, H. Walker, Uri im Gespräch, 1985, 136-143
Urner Wochenblatt, 1998, nos 36-50
– B. Furrer, P. Moser, «Das Bleichermätteli in Schattdorf - Schicksal einer Gewerbeliegenschaft», in HNU, N.S. 62, 2007, 81-104

Auteur(e): Hans Stadler / LA