07/03/2013 | communication | PDF | imprimer

Bürglen (UR)

L'édition imprimée de cet article comporte des images. Commandez le DHS chez notre éditeur.

Comm. UR, comprenant le village de B. au sud-est d'Altdorf, à l'entrée du Schächental (rive gauche), au départ de la route du Klausen, ainsi que des habitats dispersés sur les deux rives du Schächen jusqu'à 1700 m d'altitude, et plus haut de vastes alpages, notamment du côté de Muotathal, au nord de la ligne de partage des eaux. 857 Burgilla, 1240 Burgelon. 910 hab. en 1743, 1150 en 1799, 1294 en 1850, 1656 en 1900, 2723 en 1950, 3878 en 2000.

Le village, dont une tombe (?) du Bronze final (vers 1300 av. J.-C.) atteste l'ancienneté, domine le pont du Schächen. Les terres appartenaient à quelques nobles, tel Rudolf von Schauensee, et surtout au Fraumünster de Zurich. Elles étaient administrées dès le milieu du XIIIe s. par un mayor, logé dans la "tour de la mayorie". Trois autres tours féodales étaient habitées par des ministériaux ou des paysans aisés. Le Fraumünster avait le patronage de l'église Saint-Pierre, dès 1326 Saints-Pierre-et-Paul, mentionnée dès 857, refaite en style baroque de 1682 à 1684. B. était l'une des trois paroisses du canton d'Uri; elle comprenait Schattdorf, B., tout le Schächental et l'Urnerboden; elle racheta en 1426 la dîme des agneaux et la dîme ecclésiastique, et acquit le droit de présentation des nouveaux curés. A la Réforme (1525), le Conseil de Zurich renonça au patronage qu'avait conservé le Fraumünster. La paroisse de B., dont Schattdorf se sépara vers 1537, et Spiringen en 1591, possède entre autres la chapelle de pèlerinage Notre-Dame dans le Riedertal, où l'on vénère une statue du milieu du XIVe s. Patrie de Guillaume Tell selon la tradition, B. lui a dédié une chapelle (1582), un monument (1891) et un musée (ouvert en 1966).

Le mayor se souleva en 1393 contre le Fraumünster, avec le soutien du peuple; il échoua et fut destitué. Mais le couvent dut reconnaître en 1398 les anciens droits et usages et s'engager à porter les procès devant l'assemblée des paroissiens ou devant les gens d'Uri. Ancêtre de la commune, l'assemblée des paroissiens se renforça en 1426, date à laquelle apparaît aussi son administrateur (Kirchmeier, puis Kirchenvogt). Une école est attestée au début du XVIIe s. B. était divisé, sans doute dès le bas Moyen Age, en deux communautés, B. ob dem Gräblein et B. unter dem Gräblein. La première envoyait six députés au Conseil jusqu'en 1798 et quatre de 1803 à 1850; l'autre, qui n'était qu'une fraction, en envoyait généralement un. Au Moyen Age, on pourrait avoir cultivé des céréales près du village. L'essor de l'élevage, l'exploitation des alpages au nord de la ligne de crête entraînèrent vers 1350 un long conflit de frontière avec Schwytz. Les éleveurs de B., Altdorf, Schattdorf et du Schächental fondèrent une confrérie en 1593. Plusieurs paysans aisés de B. furent landammans d'Uri jusqu'au XVIIe s. Leurs demeures, telle la maison in der Spilmatt (1609), embellissent encore aujourd'hui le village. Plusieurs entreprises travaillant le bois s'installèrent au XIXe s. près du pont sur le Schächen, dont elles utilisaient la force hydraulique. En aval, la fabrique de munition d'Altdorf fondée en 1896 employait en 1990 plus de mille personnes. Les forces motrices d'Altdorf ont construit la centrale de B. en 1895. Récemment, d'assez grands quartiers d'habitation se sont bâtis près du village, en direction d'Altdorf. En 1990, 34% des emplois appartenaient au secteur primaire, 17% au secondaire et 49% au tertiaire. L'aménagement des transports (par exemple la route du Klausen en 1900, le téléphérique de Biel-Chinzig en 1951, la route Spiess-Bittleten-Waldi en 1990) encourage les navetteurs (68% travaillant à l'extérieur en 1990). La commune et la bourgeoisie ont partagé leurs biens en 1942.


Bibliographie
– K. Scheuber et al., Pfarrei Bürglen 857-1957, 1957 (21975)
– H. Schneider, «Türme zu Bürglen UR», in Nachrichten des schweizerischen Burgenvereins, 33, 1960, 27-28; 34, 1961, 2-4
– C. Pütz, Pfarrkirche St. Peter und Paul Bürglen, 1997

Auteur(e): Hans Stadler / PM