No 1

Quadri, Giovanni Battista

baptême 19.1.1777 à Lugano, décès 30.8.1839 à Magliaso, cath., de Magliaso. Fils de Giuseppe, officier au service de l'Empire, et de Marianna Torriani, noble. ∞ 1802 Martina Basile, d'une famille de notables de la région de Tarente. Collegium helveticum de Milan, études de droit à l'université de Pavie (probablement inachevées). Q. fut avocat en 1797, puis notaire en 1810. Représentant des patriotes favorables à la République cisalpine, il assuma la défense de leurs meneurs devant le Grand Conseil helvétique après le soulèvement de Lugano du 15 février 1798. Interprète du Grand Conseil helvétique (1798), secrétaire personnel de Pierre Ochs et fonctionnaire à la préfecture du canton de Lugano, il se réfugia à l'étranger après les troubles antifrançais d'avril 1799 et entra au service de l'armée française en Italie (1800-1802). De retour au Tessin, Q. fut l'un des instigateurs du pronunciamento de Pian Povrò, puis fut désigné comme président du gouvernement provisoire du canton de Lugano (1802) et délégué à la Consulta de Paris où il ne fut cependant pas admis, car il n'était pas reconnu par les autorités helvétiques. Q. fut ensuite membre du Grand Conseil tessinois de 1803 à 1834 (dès 1830 on l'empêcha arbitrairement de participer aux séances). Conseiller d'Etat (1803-1807, 1814-1830, six fois landamman en charge), il assuma les charges de commissaire du gouvernement pour le district de Lugano (1807-1809, démissions controversées), de juge de paix et de juge d'appel. Partisan d'une approche pragmatique de la politique, Q. fut le principal représentant du régime dit des landammans. Caractérisé par la prééminence du pouvoir exécutif sur le pouvoir législatif, celui-ci restreignit l'accès à la citoyenneté active; il disparut avec le mouvement qui aboutit à la réforme constitutionnelle de 1830. Q. échappa à quelques attentats (1827) et fut accusé d'abus et de fraude contre l'Etat (1830), mais acquitté (1833). Il publia ensuite l'Indipendente (1833-1837). Le bilan politique de son gouvernement est contrasté: aux progrès accomplis pour l'unification du canton, notamment avec l'amélioration des voies de communication et la promulgation des codes pénal (1816) et de procédure pénale (1816) s'opposent les mesures antilibérales et les dérives clientélistes.


Bibliographie
– E. Talamona, Il Landamano Giovanni Battista Quadri dei Vigotti, 1928
BSSI, 1939, 18-20; 1965, 147-169; 1966, 5-30; 1969, 5-18; 1972, 193-196; 1979, 5-14
– G. Martinola, La missione di Giovan Battista Quadri a Parigi, 1954
Lugano dopo il 1798, cat. expo. Lugano, 1999, 213-235 (avec généal.)
– Ceschi, Ticino, 58-60

Auteur(e): Francesca Mariani Arcobello / DW