Wauwil

Comm. LU, distr. et cercle électoral de Willisau, au pied sud du Santenberg et au nord du Wauwilermoos. 1070-1090 Wawile. Env. 190 hab. vers 1695, 324 en 1798, 487 en 1850, 592 en 1900, 894 en 1950, 1671 en 2000. Site archéologique de première importance (habitats mésolithiques et néolithiques sur l'ancien lac glaciaire de W.). Au Moyen Age, W. faisait partie du domaine (Dinghof avec tous les droits seigneuriaux) de Dagmersellen, qui relevait d'Einsiedeln; il abritait une mayorie (Meierhof) et une pinte (attestée dès 1346). La basse juridiction eut divers détenteurs, puis passa à Lucerne en 1450 et 1515. Le lac assez vaste (appelé lac de Schötz ou d'Egolzwil jusqu'au XIXe s.) et les droits de pêche appartenaient probablement à l'abbaye d'Einsiedeln au Moyen Age. En 1579, Lucerne les remit à l'abbaye de Saint-Urbain. Le plan d'eau fut peu à peu comblé par les riverains. Lucerne le racheta en 1836 et le fit assécher en 1853-1856. Au spirituel, W. releva d'Altishofen (chapelle Saint-Wendelin, rénovée en 1737 et agrandie en 1828-1830) jusqu'à la fondation de la paroisse d'Egolzwil-W. en 1882. Le village était soumis à l'assolement. La station sur la ligne Lucerne-Olten fut inaugurée en 1856. La tourbe fut exploitée dès 1820, surtout pendant les deux guerres mondiales (la correction de la rivière Ron entre 1940 et 1943 encouragea son extraction). Les Siegwart, originaires de la Forêt-Noire, aménagèrent en 1879-1880 une verrerie (fermée en 1920, Glashütte Wauwil AG dès 1933). Depuis 1966, l'entreprise appartient à Vetropack; en 1993, elle passa de la fabrication du verre à celle de bouteilles en PET. Le village abrite depuis 1987 une champignonnière. Un maître d'école est mentionné dès 1770. De 1812 à 1837, W. et Egolzwil eurent un collège commun. Le Wauwilermoos est un site naturel protégé depuis 1962.


Bibliographie
MAH LU, 5, 1959, 216-217
– A. Staffelbach, P. Felber, Wauwil, 1992
– A. Ineichen, Innovative Bauern, 1996
– E.H. Nielsen, Eiszeit, Steinzeit, 2009

Auteur(e): Waltraud Hörsch / PM